Tout savoir pour réaliser, optimiser et diffuser ses photos

Canon EOS 250D : Digic 8, 4K et Bluetooth

10/04/2019 | Benjamin Favier

Deux après la sortie du 200D, Canon remplace son reflex d’entrée de gamme. Au programme, des améliorations de performances et de nouvelles fonctions, suite à l’implémentation du processeur Digic 8.

Présentation

Les appareils à optique interchangeable ne sont pas légion, en entrée de gamme. Les reflex, encore moins. Cet EOS 250D remplace le 200D, lancé en juin 2017. Il vient donc s’intercaler entre les EOS 2000D/4000D et les 800D/77D. Il reprend l’essentiel des caractéristiques de son aîné. À commencer par le capteur Cmos APS-C de 24 Mpxl avec filtre passe-bas  ; et la technologie Dual Pixel AF. Ainsi que l’écran tactile et orientable de 7,7 cm et 1,04 Mpts. Le design n’évolue guère, seule la texture du grip et son aspect, un brin plus raffiné, changent par rapport au 200D.


L’intégration du processeur Digic 8 ouvre les portes de la vidéo 4K… avec un recadrage 1,74x à la clé, comme c’est le cas pour les reflex Canon filmant en ultra haute définition. On pourra prendre des photos (la définition passe alors à 8 Mpxl) pendant l’enregistrement. Il sera possible d’exploiter toute la largeur du capteur en 1080p, à 50 im/s. Et accéder au mode vidéo HDR, répandu sur les boîtiers Canon, hybrides et reflex confondus. La fonction time-lapse s’enrichit elle des modes Scènes.

Bien qu’il vise les photographes débutants, ce modèle permet de photographier au format Raw, délivrant des fichiers CR3 sur 14 bits  ; d’après Canon, les soucis de développement rencontrés par certains utilisateurs avec ce type de fichiers auraient été résolus. Il sera également possible d’opter pour le format intermédiaire C-Raw, qui remplace les M-Raw et S-Raw. La sensibilité maximale est par défaut toujours de 25 600 Iso (avec une extension à 51 200 Iso)  ; en vidéo, on pourra aller jusqu’à 12 800 Iso. Selon la marque, les performances en hautes sensibilités seraient un peu améliorées, grâce à la nouvelle génération de processeur.

En revanche, la cadence demeure inchangée, à 5 im/s. En LiveView, il sera possible de photographier à 3,5 im/s, en sollicitant l’autofocus continu (Ai Servo). Au niveau de l’autofocus, la fonction Eye AF (détection des yeux) investit les menus.
Tout comme le mode Creative Assist, apparu sur l’EOS M50, qui offre un peu de souplesses sur les réglages en mode automatique. On retrouve aussi le guide utilisateur, inauguré sur le 800D, qui simplifie les menus, avec une approche plus didactique à l’encontre des utilisateurs novices.

Enfin, le volet connecté s’enrichit de la fonction Bluetooth, en plus du WiFi  ; du coup, il sera possible de transférer des photos (mais pas de fichiers Raw) vers Camera Connect, même pendant la prise de vue.

L’EOS 250D sera proposé en trois coloris, noir, blanc ou argent (avec une poignée marron), au prix de 549 € nu. Un kit sera proposé avec le 18-55 mm IS, à 649 €.

- Le site de Canon

Premier avis

De plus en plus déserté par les fabricants, le marché des appareils à optiques interchangeables d’entrée de gamme garde la côte chez Canon. Après les EOS 2000D/4000D lancés l’an dernier, la marque fait évoluer son 200D, par petites touches, avec cet EOS 250D, qui reste en-dessous des 800D/77D, qui ont pour eux un autofocus et une mesure de l’exposition plus aboutis.

Ce modèle s’adresse avant tout aux utilisateurs de compacts ou smartphones, qui souhaiteraient s’initier à la souplesse d’un système à optique interchangeable. Les caractéristiques n’évoluent guère, par rapport au 200D, dont il conserve les dimensions et le poids, qui n’ont rien à envier aux hybrides. Certaines limitations n’en demeurent pas moins pénalisantes, notamment le recadrage 1,74x en video 4K UHD ; ou encore l’impossibilité de recharger l’accu en USB.

Pour le reste, si vous êtes à la recherche d’une solution abordable pour goûter aux reflex, ce 250D est un candidat sérieux, notamment grâce à la pléthorique gamme optique EF/EF-S. Mais la concurrence est sérieuse, avec des modèles à visée électronique comme les Panasonic GX80 ou Olympus OM-D E-M10 Mark III, dont les caractéristiques sont loin d’être obsolètes. Citons aussi le Nikon D3500, reflex d’entrée de gamme du rival historique. Le test du 250D figurera au sommaire de notre numéro 16, en kiosque mi-mai.

Fiche technique

  • Capteur : Cmos 22,3 x 14,9 mm de 24,2 Mpxl avec filtre passe-bas
  • Définition maximale : [3/2] 6000 x 4000 pixels
  • Montures/Coefficient : Canon EF-S / 1,6x
  • Sensibilités : 100-25 600 Iso (extension à 51 200 Iso)
  • Vidéo : 4K, 25 im/s
  • Formats de fichiers : Jpeg, Raw, MP4, Mov
  • Protection du boîtier : -
  • Stabilisateur : -
  • Visée : Pentamiroir à 95 %, 0,87x, dégagement oculaire de 19 mm
  • Moniteur : LCD orientable et tactile de 7,7 cm et 1040 kpts
  • Flash intégré : NG 9,8 pour 100 Iso ; Synchro X 1/200s
  • WiFi/Bluetooth/GPS : Oui/Oui/-
  • Autofocus : AF à détection de phase sur 9 collimateurs, collimateur central croisé et sensible à f/5,6 ; Dual Pixel AF en LiveView
  • Vitesses : 1/4 000s à 30s
  • Rafales : 5 im/s (3,5 im/s en LiveView)
  • Réglages divers photo et vidéo : Intervalomètre, timelapse vidéo, Styles d’image, Modes Scènes
  • Stockage : SD (UHS-I)
  • Interfaces : mini jack 3,5 mm, USB 2.0, mini HDMI
  • Alimentation : LP-E17
  • Accessoires : Courroie, chargeur, câbles, Digital Professional 4
  • Dimensions/Poids : 122,4 x 92,6 x 69,8 mm / 449 g (noir/argent) ; 451 g (blanc)

Cet article vous a plu ? Notez le et partagez le sur les réseaux sociaux !



Commenter cet article

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Messages

  • D’après les photos, par rapport au 200D le flash doit désormais être sorti à la main et il n’y a plus de bouton de contrôle de la profondeur de champ.

    il n’y a pas de petites économies...

  • D’après dpreview, ce modèle est nul en vidéo, comme vous dites, il n’y a pas de petites économies... mais il y a d’excellents apsc Sony.

  • La « 4K » exige du matériel onéreux (PC ou Mac bien costaud, écran « 4K », énormes capacités de stockage... bref un flux de travail « 4K » complet dont le téléviseur « 4K »). Ce 250D me semble bien décalé pour ce besoin. Et les APSC-C Sony, chers à @2, ne me semblent pas déroger à cette logique : un superbe APN 4K seul ne sert à rien.

  • @3 C’est tout à fait cela, et tout le monde n’a ni le besoin de 4K ni les moyens techniques de traiter un tel flux. Cet appareil s’adresse à un public débutant et désireux de quitter la photo tout auto de leur smartphone, en filmant de temps en temps en 1080 pour dépanner (exactement comme avec leur smartphone donc, mais en bien meilleure qualité). La 4K ici n’est qu’un argument de vente.
    @2 Pour rigoler allez mettre un Sony entre les mains d’un novice et vous verrez qu’il sera vite perdu, car si cette marque sait faire d’excellents capteurs, leurs menus d’ingénieurs surchargés et au layout illogique font fuir même certains pros et je vous parle d’expérience...

  • Tout à fait d’accord avec 4 sur les 2 points et, bien qu’ayant envisagé de switcher dernièrement vers Sony, j’ai renoncé en raison de la taille mini du boîtier manquant d’equilibre avec les optiques mais surtout en regard du fouillis des menus ...Je conserve mon Canon 6DII en surveillant l’évolution de la gamme R.

  • Un appareil photo est fait pour photographier !
    Au prix de ce modèle, le reste ne peut être que du "tuning" :)
    Ce petit boîtier dont je possède déjà la version 1 pourrait m’intéresser à condition que la qualité d’image soit supérieure aux précédents, que dans les hauts isos une amélioration soit visible et que le bruit au déclenchement soit corrigé.

  • Le crop de 1,74x en 4k faut-il l’additionné au crop Aps-c de 1,6x, ou bien seulement faire la différence 1,74-1,6 = 1,14x de crop ? Svp c’est important pour moi afin de me décider si je vend mon 200d ou non ! Merci

  • @7 Les crops se multiplient donc le recadrage est de facteur 2,7 en 4K.

  • Bonjour,
    Je trouve que Canon fait du grand n’importe quoi en ce moment.
    Le boitier aurait été génial si c’était un baby 80D.
    Bref un viseur à 100%
    L’autofocus 64 points en croix.
    6 où 7i/s avec le suivi d’expo.
    Avec le même encombrement ça aurait fait un excellent appareil

  • Pour ce prix un viseur 95% est acceptable et ne pose pas vraiment de problèmes.
    L’autofocus n’aurait qu’un point que cela ne me dérangerait pas vraiment.
    5 images/S c’est bien suffisant.
    Par contre, si le bruit au déclenchement et les résultats en hauts isos (3200) sont identiques au modèles précédents (100-200), ça deviendrait du "foutage de gueule" (je crains bien que ce soit le cas) !

  • J’attends de voir les essais français de cet EOS 250D pour prendre une décision.
    Comme cela a été dit, et pour moi, un appareil photo sert à faire des photos. Mon X10 a du faire deux courtes vidéos de vacances en 4 ou 5 ans, c’est dire...
    Par contre, s’il se débrouille bien en photo, ce nouveau Canon pourrait m’intéresser, même si je ne suis pas du tout attaché à la visée reflex : je me sers à 80% de l’écran. Mais à ce prix, l’EOS 250D rentre en concurrence avec quelques compacts "experts" de qualité et la possibilité de lui greffer une variété d’objectifs très étendue peut être un plus.
    Bref, à voir si la qualité photo est bonne...