Tout savoir pour réaliser, optimiser et diffuser ses photos

Canon EOS 5D Mark III : 22 Mpxl, AF 61 points, 102 400 Iso

02/03/2012 | Benjamin Favier

Canon frappe un grand coup avec ce nouveau reflex 24 x 36 doté de 22 Mpxl. Une évolution inspirée du déjà mythique 5D Mark II…

Présentation

Premier reflex plein format capable de filmer en Full HD, le 5D Mark II a rapidement séduit les vidéastes. Il a également prouvé, avec brio, qu’un capteur de haute définition (21 Mpxl) n’est pas nécessairement hors course en hautes sensibilités. Ce modèle restera comme une grande réussite, érigée au rang d’appareil culte pas les aficionados de vidéo. Mais il présentait de nombreuses lacunes. Le Canon EOS 5D Mark III n’a ainsi plus grand chose à voir avec son glorieux prédécesseur. D’un point de vue esthétique, il s’apparente plus à un 7D. Et emprunte de nombreuses caractéristiques à l’EOS 1D X.

Ergonomie

On n’ira pas jusqu’à utiliser le terme tropicalisation. Le 5D Mark III est conçu en alliage de magnésium léger. Comme le 7D. C’est déjà bien mieux que le 5D Mark II, pas assez protégé contre les intempéries. À première vue, seule l’absence de flash intégré distingue le 5D Mark III du 7D. Car les deux ergonomies sont très proches l’une de l’autre.

La mise sous tension s’effectue ainsi sur le dessus, au niveau de la molette de réglages, enfin verrouillée. Une touche dédiée au LiveView et à la vidéo (Start/stop) côtoie le viseur. La touche d’accès aux menus rapides prend désormais place entre le joystick et la roue codeuse sur le 5D Mark III.

Cette dernière comporte des zones tactiles dans sa partie interne. Pendant un tournage, on accède ainsi à des réglages d’exposition ou sonores, sans faire de bruit susceptible d’être capté par le micro. L’attribution des fonctions sur les boutons a aussi évolué. Autour du LCD supérieur, on retrouve la même organisation que celle à l’œuvre sur le 7D. L’écran arrière s’agrandit, à 3,2 pouces, avec une définition de 1,44 Mpts. Il demeure fixe. Quant à la visée reflex, elle offre une couverture à 100 % (98 % sur le 5D Mark II).

Hautes sensibilités

Canon n’a pas cédé à la tentation. On passe ainsi de 21 Mpxl à 22 Mpxl. Une initiative qui laisse augurer de belles performances en hauts Iso. D’où la possibilité de monter jusqu’à 102 400 Iso (on peut aussi photographier à 50 Iso). L’autofocus constituait un vaste chantier : celui du 5D Mark II n’avait guère évolué par rapport à celui du 5D, avec quinze collimateurs, dont neuf en croix.

Canon a pris la décision d’intégrer le nouveau capteur AF embarqué dans l’EOS 1D X, présenté en fin d’année dernière : il repose sur 61 collimateurs, dont 41 en croix. Avec une multitude de réglages fins au menu. Mais le suivi du visage et des couleurs par la capteur AF demeure la chasse gardée du 1D X. Le mode AF Ai Servo est hérité du 1D Mark IV, avec des améliorations pour ce modèle. Le mode Rafale passe de 3,9 im/s à 6 im/s. Une valeur qui n’a rien d’extraordinaire, mais qui rend le 5D Mark III plus polyvalent que son prédécesseur. La mesure de la lumière est confiée au capteur IFCL sur 63 zones inauguré sur le 7D.
L’EOS 5D Mark III reprend les principales caractéristiques de l’EOS 1D X sur le front de la vidéo. On note surtout l’arrivée d’une prise casque, ô combien importante pour gérer le son pendant le tournage. En outre, la possibilité de filmer sans interruption en Full HD pendant 29 mn et 59 s à 24, 25 ou 30 im/s. Contre 12 minutes auparavant. Le processeur Digic 5+ (trois fois plus puissant que le Digic 5 selon Canon) veille au bon déroulement des opérations.

BMP - 528.7 ko
La touche Rate/Protect permet d’afficher deux images en même temps.

Le double compartiment pour carte mémoire semble être le minimum pour un reflex à vocation experte. Le 5D Mark III accueille CF et SD, avec plusieurs options d’enregistrements. De nouvelles touches et fonctions voient le jour. À l’instar de Rate/Protect, qui permet de classer ses images en les notant ou en les protégeant (compatible avec Lightroom précise Canon). Plusieurs modes d’affichage des informations sont disponibles, avec la possibilité de mettre deux images sur le même plan. À noter, comme sur les EOS 60D et 7D notamment, on peut opter pour les formats S-Raw et M-Raw, si l’on souhaite photographier à des définitions moins élevées. Une option précieuse quand on n’a pas besoin des 22 Mpxl, mais que l’on souhaite malgré tout obtenir des fichiers bruts. Canon offre, en mode Lecture, la conversion du Raw vers le Jpeg.

JPEG - 78.1 ko
Une prise casque fait son arrivée pour mieux gérer le son pendant le tournage.

Nettement audible sur le 5D Mark II, le bruit de l’obturateur peut être atténué via deux modes silencieux (à 3 im/s en mode Rafale). Sur le plan créatif, les modes HDR (5 types : Normal, Art standard, Art éclatant, Art huile et Art relief) et Exposition multiple (quatre possibilités d’ajustements, superposition jusqu’à neuf images) investissent les menus. L’interface utilisateur est identique à celle du 1D X : la répartition en onglets colorés semble encore plus claire, mais elle était déjà réussie sur les EOS. En revanche, le GPS et l’émetteur radio sont tous deux déclinés sous la forme d’accessoires optionnels. La batterie LP-E6, utilisée sur les EOS 7D et 5D Mark II est ici reconduite. L’obturateur est garanti pour 150 000 déclenchements. L’appareil sera disponible début avril. Le prix sera de 3299 € (boîtier nu).

- Le site de Canon

- Article mis à jour le 02/03/2012 à 11h56 (prix)

La technique en détail


Le capteur
On pourrait presque parler de surprise. Contrairement à Nikon), Canon a mis un coup de frein dans la course aux pixels. Le remplaçant du 5D Mark II (21 Mpxl) embarque un nouveau capteur Cmos plein format de 22 Mpxl. Soit la définition la plus élevée dans la sphère EOS à l’heure actuelle. Avec, à la clé, la possibilité de photographier jusqu’à 102 400 Iso.

JPEG - 34.7 ko
Ce schéma représente les micro lentilles jointives embarquées sur le capteur Cmos du 5D Mark III.

Canon a employé le même procédé que sur l’EOS 1D X : le rapport signal/bruit est amélioré au niveau de chaque photosite. En outre, des micro lentilles sans bords, jointives, permettent de ne pas perdre de lumière. La marque annonce ainsi un gain de deux IL par rapport au 5D Mark II : le 5D Mark III ferait aussi bien à 25 600 Iso que ce dernier à 6400 Iso…

Autofocus
L’autofocus n’était pas le point fort du 5D Mark II. Sur ce nouveau modèle, Canon a implanté le capteur dévoilé sur l’EOS 1D X. Il repose sur 61 collimateurs dont 41 en croix. De là à comparer les deux modèles dans le domaine de la mise au point… Le 5D Mark III ne bénéficie en revanche pas du suivi visage ou couleur au niveau de l’AF. Mais on est loin des 15 collimateurs du 5D Mark II et de ses 3,9 im/s en mode Rafale. Le 5D Mark III peut monter jusqu’à 6 im/s (13 vues en Raw, 78 en Jpeg Fine). Suffisamment pour ne pas marcher sur les plates-bandes des EOS 7D et 1D X, qui offrent respectivement 8 im/s et 12 im/s.

JPEG - 63.3 ko
Le capteur AF à 61 collimateur du 5D Mark III est également à l’œuvre sur le 1D X.


La vidéo
Le succès du 5D Mark II provient en grande partie de ses compétences dans le domaine de la vidéo. Des mises à jour importantes du firmware ont été proposées aux utilisateurs par Canon. Les améliorations sont importantes sur le Mark III. Le timecode est intégré aux fichiers et peut être paramétré pour fonctionner uniquement durant l’enregistrement, ou même s’il s’arrête (pour un tournage à plusieurs caméra). Comme sur le 1D X, deux options de compression sont au menu : ALL-I (compression image par image) et IPB (compression sur un groupe d’images) suite à des demandes de vidéastes, indique Canon.

JPEG - 36.2 ko
Deux formats de compressions sont désormais disponibles : ALL-I (compression image par image) et IPB (compression sur un groupe d’images).

Finies les 12 mn maximum d’enregistrement en Full HD. On peut désormais filmer pendant 29 mn et 59 s (un nouveau fichier sera créé tous les 4 Go, sans que le tournage soit interrompu). Au niveau de l’ergonomie, un déclencheur dédié fait son apparition au dos du boîtier, comme sur le 7D. Surtout, on salue l’arrivée d’une prise casque, ainsi que de vumètres plus élaborés. En revanche, l’écran LCD n’est toujours pas orientable… En ce qui concerne la qualité d’image, Canon annonce une diminution du moiré, grâce à l’apport du processeur Digic 5+. À confirmer lors d’un test.


Stockage
C’est une première sur ce segment. Jusque-là, seuls les 1D avaient droit à un double compartiment pour cartes mémoire. Comme sur l’EOS 1D Mark IV (le 1D X embarque deux CF), il accueille une CompactFlash (compatibilité avec cartes UDMA 7) et une SD. Curieusement, la norme UHS-I n’est pas encore prise en charge. On se voit offrir plusieurs possibilités d’enregistrement de ses fichiers. Séparer photo et vidéo, Raw et Jpeg, ou basculer sur une autre carte quand la première est pleine, par exemple.

JPEG - 33.9 ko
Plusieurs options d’enregistrement sont disponibles sur les cartes CF et SD.


Fabrication

Le 5D Mark III hérite du même traitement anti-ruissellement que le 7D. Le boîtier est conçu en alliage de magnésium léger. Des joints étanches sont situés au niveau de l’assemblage de la coque et autour des boutons, ainsi que sur la molette principale, les attaches de la courroie et le sélecteur de modes. Le minimum pour un reflex de ce type. Il n’est cependant pas tropicalisé, comme un Pentax K-5 ou un Nikon D800.

JPEG - 95.1 ko
On note que le joystick est bien doublé sur la poignée ce qui permet de choisir les collimateurs AF en prise en main verticale.

Poignée
Canon dévoile une poignée pour le 5D Mark III. On note la présence du joystick qui facilite le choix du collimateur d’autofocus en prise en main verticale. La BG-E11 fonctionne avec des batteries LP-E6, que l’on trouve sur le 7D et le 5D Mark II. Malheureusement, le renfort du grip n’améliore pas la cadence en mode Rafale (6 im/s).


Visée
Le précédent modèle s’avérait un peu décevant sur ce point, étant donné son positionnement. De 98 %, on passe ainsi à une couverture de 100 % du champ, plus conforme à ce que l’on attend d’un reflex professionnel. L’agrandissement reste de 0,71x et l’on note un dégagement oculaire de 21 mm. Dans le viseur, on retrouve le graphisme élaboré sur le 7D, avec un quadrillage électronique optionnel. Il n’est ainsi plus nécessaire de changer de verre de visée pour cela.

Premier avis


Canon poursuit sur la lancée du 7D. La sortie du reflex expert symbolisait une nouvelle approche. Plus tranchante. Moins conservatrice. Le 5D Mark III n’a pas grand chose à voir avec son glorieux prédécesseur. Mieux construit, doté de menus pléthoriques, et surtout, d’un autofocus a priori digne de son rang, il s’adresse clairement aux professionnels. Et joue la carte de la polyvalence. Le 5D Mark II laissait en effet dubitatif sur certains points (AF peu ambitieux, mode Rafale trop faible, visée à 98 %, construction pas assez robuste…). L’ergonomie revue (la molette de réglages est enfin verrouillée !) et la richesse fonctionnelle montrent que Canon a su écouter les requêtes des utilisateurs. On regrette qu’il n’y ait toujours pas de flash intégré, si pratique quand il permet de piloter des flashs sans fil. Et, dans une moindre mesure, le fait que l’écran LCD ne soit pas inclinable. Mais pour effectuer des tournages professionnels, ce qui est la principale vocation du 5D Mark III, il faut de toutes façon investir dans des accessoires de complément (écran externe, micro externe, trépied). Les évolutions au niveau de la vidéo sont d’ailleurs plus proches des préoccupations des cinéastes que des vidéastes amateurs. Le choix de ne pas aller plus haut en termes de définition est aussi un signal fort d’un point de vue stratégique. Surtout à l’heure ou Nikon fait le pari inverse. La perspective d’une qualité d’image améliorée en hautes sensibilités laisse rêveur, quand on connaît les capacités du 5D Mark II dans ce domaine. La lutte avec le Nikon D800 s’annonce féroce, tant ce modèle paraît bien armé. Et passionnante.

Fiche technique

  • Capteur : Cmos 36 x 24 mm, 22,3 Mpxl effectifs
  • Protection du boîtier : Oui
  • Stabilisateur : -
  • antipoussière : Oui
  • LiveView : Oui
  • Définitions : JPEG : (L) 5760 x 3840, (M) 3840 x 2560, (S1) 2880 x 1920, (S2) 1920 x 1280, (S 3)720 x 480 RAW : (RAW) 5760 x 3840 (M-RAW) 3960 x 2640, (S-RAW) 2880 x 1920
  • Vidéo : 1080p (24, 25, 30 im/s, H.264)
  • Sensibilité : 100 - 25 600 Iso ; extensions à 50, 51 200 (H1), 102 400 Iso (H2)
  • Formats de fichiers : Jpeg, Raw, sRaw1, sRaw2 (14 bits), Raw + Jpeg, Mov
  • Monture : Canon EF, coeff. mult. 1x
  • Mise au point : Détection de phase en visée reflex avec 61 (41 en croix) zones (sélection auto sur 61 points, manuelle sur 61, 41, 15 ou 9 points) ; détection de contraste en visée LCD ; mise au point automatique au déclenchement ou continue, modes AI Focus, One Shot et AI Servo
  • Mode d’exposition : TTL (0 à + 20 IL), PASM
  • Type de mesure : Évaluative sur 63 zones, pondérée centrale (6,2 % au centre de la visée), ponctuelle (1,5 %), sur collimateur actif ; +/-5 IL par 0,3 ou 0,5 IL
  • Bracketing d’exposition : 2, 3, 5 ou 7 vues (par 0,3 ou 0,5 IL)
  • Vitesse : 1/8 000 à 30 s, synchro X 1/200 s
  • Rafales : 6 im/s
  • Balance des blancs : Auto, préréglée (8),1configuration personnalisante, bracketing balance des blancs 3 vues
  • Espaces couleurs : sRVB, Adobe RVB
  • Flash intégré : -
  • Visée : Reflex optique par pentaprisme 100 %, grossissement 0,71x, dégagement oculaire 21 mm
  • Moniteur : LCD 3,2 pouces, 1,44 kpts
  • Modes d’affichage : Zoom, index (4, 9), indicateur surexposition, diaporama, comparaison deux images
  • Stockage : CompactFlash (UDMA 7) et SD/SDHC/SDXC
  • Interfaces : mini HDMI, micro stéréo, entrée audio, casque, accessoire (télécommande, GPS...), flash, A/V
  • Personnalisation : oui (3 menus)
  • Divers : Styles d’images (Auto, 6 réglages prédéfinis et 3 personnalisables), HDR, Surimpression
  • Logiciels : Canon Digital Photo Professional, PhotoStitch, EOS Utility, Picture Style Editor
  • Accessoires fournis : Accu et chargeur, bandoulière, 1 câble USB, 1 câble audio/vidéo
  • Alimentation : Accu Li-Ion LP-E6 7,2 V/1 400 mAh
  • Dimensions/poids : 152 x 116,4 x 76,4 mm/950 g (avec SD et accu)

LIEN COMMERCIAL : TAMRON fête le plein format chez Boulanger
[Jusqu’au 25/11/2012 le pack Canon EOS 5D Mark III + tamron 24 70 mm F/2,8 Di VC USD au prix de 3 899,00 € TTC]
[Jusqu’au 25/11/2012 le pack Nikon D600 + tamron 24 70 mm F/2,8 Di VC USD au prix de 3 899,00 € TTC]

Cet article vous a plu ? Notez le et partagez le sur les réseaux sociaux !



CEWE