Tout savoir pour réaliser, optimiser et diffuser ses photos

Le bokeh

07/01/2015 | Jean-Marie Sépulchre

Terrain triste et pluvieux en ce moment sur Paris… mais fera-t-on des paysages ensoleillés à f/1,4 ? C’est parti pour un essai de bokeh à pleine ouverture. Avec le kiosque en premier plan on voit peu de différences. Avec un premier plan très proche le contraste du Summilux est lèrement supérieur sur les sujets en arrière plan. Est-ce une qualité ou un défaut ? Les adeptes des flous en douceur trouveront le Leica un peu plus « nerveux », surtout sur l’image où figure la moto, mais la différence est plus faible sur la façade d’immeuble derrière le kiosque. Il est d’ailleurs plaisant de constater que lors de notre essai du Summilux sur boîtier M9 en septembre 2010, nous écrivions parmi les « moins » : « Flous arrières…un peu trop nets ».

Nous écrivions alors : « Un des paradoxes des optiques très lumineuses est que certains clients les recherchent pour faire des effets de flous, alors que Leica a mis tous son savoir dans la recherche d’une netteté maximale à pleine ouverture ! On a donc déjà lu sur des forums des signes de déception à ce sujet, car à distance moyenne les arrière-plans procurés par le Summilux restent assez détaillés pour une publication en petit format, alors que d’autres objectifs moins parfaits les noieraient dans une sorte de brouillard. On veillera donc à se rapprocher beaucoup du premier plan pour bénéficier de ce type de rendu, alors qu’à grande distance tout sera net à pleine ouverture sans aucun effet romantique ! ». Et bien balle au centre, le Zeiss lui aussi est dépourvu de brouillard à pleine ouverture même s’il est un tout petit peu plus doux…

JPEG - 184.6 ko
Comparaison de bokeh sujet principal à moyenne distance.

JPEG - 83.6 ko
Comparaison de bokeh sujet principal à courte distance.

JPEG - 64.4 ko
Comparaison 100% écran sur les feux rouges de la moto.

JPEG - 71.2 ko
Comparaison 100% écran sur la transition entre l’arbre et la rue.

Enfin en intérieur lumière artificielle de face on teste à la fois le flare et le bokeh : dans les deux cas, à distance mini de mise au point, on déclenche quand la molette de la lampe est nette dans le télémètre. Il est vraiment délicat de voir une différence sensible sur le dégradé du flou d’arrière plan, par contre le Leica prend un peu mieux la lumière. En fait, en traitant les DNG dans plusieurs logiciels, on peut s’apercevoir que le bokeh change plus sur une même image en changeant de système de post-traitement, qu’avec les fichiers de nos deux objectifs traités par le même logiciel.

JPEG - 78.9 ko
Comparaison de bokeh sujet principal à distance minimale de mise au point, 1 600 Iso, réduction du bruit DxO.

Qui est le gagnant ?

Aux mesures le Zeiss l’emporte, de même qu’à pleine ouverture sur le terrain pour son homogénéité et un bokeh très légèrement plus doux, sans romantisme excessif pour autant. Par contre on ne peut pas être insensible au rendu particulier du Leica offrant plus de transparence et une grande finesse dans les nuances de couleur dans les ombres. Le Leica est aussi plus compact et agréable de maniement quand on est habitué à commander la mise au point par l’ergot inférieur et le parasoleil est fourni. Mais comme il est deux fois plus cher il est naturel que le Zeiss gagne haut la main le critère du rapport qualité/prix !

Cet article vous a plu ? Notez le et partagez le sur les réseaux sociaux !



Commenter cet article

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.