Tout savoir pour réaliser, optimiser et diffuser ses photos

Leica DG Summilux 25 mm f/1,4 II : plus robuste

27/08/2019 | Benjamin Favier

Les caractéristiques n’évoluent guère par rapport au 25 mm f/1,4 existant. Si ce n’est la construction, renforcée, pour résister aux intempéries.

Présentation

Non, Panasonic n’entend pas abandonner le segment Micro 4/3, bien qu’elle ait inauguré sa gamme Lumix S 24 x 36 en début d’année. La marque avait fait passer un premier message en annonçant le zoom, pour le moins insolite, Leica DG Vario Summilux 10-25 mm f/1,7 en même temps que les Lumix S. Le Lumix G90 a également vu le jour, convaincant petit frère du G9 (lire notre test du G90 dans le numéro 116) au printemps.

La firme nipponne livre une nouvelle preuve de son attachement au Micro 4/3 avec cette version II du Leica DG Summilux 25 mm f/1,4. Timide, certes, puisqu’il s’agit ici plus d’une mise à jour que d’une véritable évolution de cette focale fixe lumineuse. Toujours pas de stabilisation, et un diaphragme limité à sept lamelles, comme sur le premier modèle. La distance minimale de mise au point demeure à 30 cm, ce qui est déjà bien, pour un équivalent 50 mm en 24 x 36.

Là où ce modèle diffère par rapport au précédent, c’est au niveau de la construction, désormais parée pour affronter des conditions climatiques difficiles. Ce qui fera de cet objectif un parfait compagnon des Lumix G experts tels les GH5, G9 ou G90. Le prix s’élève à 649 €, pour une sortie prévue courant novembre.

- Le site de Panasonic

Fiche technique

  • Prix : 649 €
  • Type : focale fixe (50 mm en éq. 24 x 36)
  • Monture : Micro 4/3
  • Formule optique : 9 éléments en 7 groupes (2 lentilles asphériques, 1 lentille UHR)
  • Bague de mise au point : oui
  • Protection tout temps : oui
  • Motorisation : oui
  • Stabilisation : -
  • Ouverture maximale : f/1,4
  • Ouverture minimale : f/16
  • Diaphragme : 7 lamelles circulaires
  • Distance minimale de mise au point : 30 cm
  • Pare-soleil : oui
  • Diamètre du filtre : 46 mm
  • Dimensions (L x ø)  : 54,5 x 63 mm
  • Poids : 205 g

Cet article vous a plu ? Notez le et partagez le sur les réseaux sociaux !



Commenter cet article

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Messages

  • Cet objectif 25 mm f/1.4 en format 4:3 n’est vraiment pas donné (même avec une bonne construction mécanique), surtout si on prend en compte qu’il est équivalent à un 50 mm f/2.8 en FF.

    A ce prix-là le prix du Nikon Z 50 mm f/1.8 est plutôt bon marché :-) !

  • Non ça reste un objectif ouvert à 1.4.
    Pas confondre luminosité et pdc.
    Si l’on part du principe qu’il est souvent compliqué d’utiliser un 50 (en 24x36) à f 1.4 et même un peu moins ouvert pour cause de pdc insuffisante, là en m 4/3 c’est plus souvent utilisable à pleine ouverture.
    Sinon Pana fait un 25 f1.7 économique et performant.

  • @2 Tout à fait d’accord en terme de luminosité pure et d’ouverture. Mais désolé, en terme de rendu des zones de netteté, pour des portraits par exemple, l’équivalent est bien f/2.5-f/2.8. On perd pratiquement 2 diaphragmes par rapport au FF.

  • A même distance du sujet, c’est plutôt 2.8-3.2 à PO.
    Côté luminosité, oui, mais les plus grands capteurs montent plus haut en ISO, donc kif kif.

    Avantage du 25mm, c’est la distance minimale de 30cm permettant de prendre des photos différentes qu’un 50mm en FF.

    Mais au final, le Nikon 50mmf1.8 me convient mieux même si plus lourd.
    Ou le Tamron 28-70mmf2.8 gagne pour sa polyvalence.

    L’avantage des m43 est la légèreté et quelques petits cm en moins quitte à perdre le combat des équivalences. Mieux vaut sortir avec un m43 que de laisser le FF a la maison ^^

  • Pour @3, certes mais réduire la qualité du floue qu’a la taille du capteur c’est une fausse simplification.
    Comme dire que ce 25 f1.4 c’est comme un 50 f2.8 en 24x36 , c’est faux et souvent l’avantage en faible pdc et des fois de la qualité qualité du flou ne seront pas utile ou utilisable.
    Le m4/3 offre beaucoup avec des fois des possibilités uniques, tous les formats ont leurs intérêts et celui qui a le moins d’avenir c’est bien l’apsc.
    Celui qui s’équipe en m4/3 ce n’est pas pour faire des portraits avec une pdc digne d’une lame de rasoir sur sa tranche, même si l’on peut faire des portraits en m4/3 avec un aussi beau floue qu’en 24x36.