Tout savoir pour réaliser, optimiser et diffuser ses photos

Les principales évolutions

16/09/2007 | Gilles Théophile


Arrivée il y a quelques semaines chez les bêta-testeurs, Lightroom 1.2 est avant tout une mise à jour de maintenance et de compatibilité avec de nouveaux appareils photos, dont les très attendus Canon EOS-40D, Pentax K100D Super, Olympus E-510 et Sony Alpha 700, et quelques dos numériques.

Néanmoins, certaines évolutionsont un impact direct sur l’utilisation de Lightroom, ses performances, et nous allons en profiter pour prodiguer quelques conseils, notamment en ce qui concerne l’écriture automatique des métadonnées au format XMP.

Fig. 1 Option d’écriture automatique des modifications en XMP.

Toutes les modifications que vous apportez aux photos sont inscrites sous la forme de métadonnées dans le catalogue (la bibliothèque dans la version 1.0). Cependant, vous pouvez activer l’écriture de ces métadonnées (Fig.1) dans les préférences du catalogue, accessibles par le menu Fichier/Paramètres du catalogue. Elles seront inscrites dans les entêtes de chaque fichier (Jpeg, Tiff, PSD) ou dans un fichier annexe dit sidecar pour tous les fichiers Raw. Veuillez noter qu’Adobe se refuse à modifier les images originales, ce qui explique l’existence de ces sidecars qui contiennent toutes les instructions correspondant aux modifications exercées dans Lightroom.

L’avantage de ce système est de permettre un dialogue et une compatibilité totale lors du transfert des photos vers un autre poste de travail équipé de Lightroom ou, tout simplement, pour communiquer avec le grand frère, c’est-à-dire Photoshop et son module Camera Raw qui utilise le même moteur de développement Raw que Lightroom.

Cependant, des dégradations de performances avaient été signalées lorsqu’on activait l’écriture automatique XMP, à tel point qu’Adobe préconisait de la désactiver si la totalité du flux de travail restait dans Lightroom.

L’origine du problème semblait provenir du fait que Lightroom tentait en permanence de mettre à jour les métadonnées des fichiers figurant sur un support absent (off-line), ce qui est dorénavant corrigé avec la mise à jour 1.2.

Fig. 2a Sous-menu d’écriture des métadonnées dans le fichier.

Fig. 2b Menu d’écriture des métadonnées dans le fichier.

Si vous n’utilisez pas plusieurs postes de travail avec Lightroom ou d’autres applications compatibles XMP, vous pouvez continuer à l’utiliser en désactivant l’option. Si vous avez un besoin ponctuel, vous pouvez toujours commander l’écriture des métadonnées soit par un clic-droit sur une image, pour afficher son menu contextuel (fig. 2a), soit en passant par le menu Métadonnées (fig. 2b).

Je conseille d’éviter d’activer et désactiver l’option à tout bout de champ car, à chaque activation, Lightroom va vérifier et modifier les métadonnées. Si vous avez beaucoup de photos, les performances globales seront dégradées tant que le processus ne sera pas terminé. Si c’est le cas, je vous conseille de laisser mouliner l’application en sélectionnant un groupe d’images dans le menu Bibliothèque, comme vous pouvez le voir dans la figure 3.

Fig. 3 Sélection de la bibliothèque pour optimiser l’écriture des métadonnées.

J’en profite également pour signaler qu’il existe une commande d’optimisation du catalogue, si celui-ci est volumineux et lent. Vous la trouverez dans le menu Fichier/Paramètres du catalogue (fig. 4). Activez-la régulièrement.

Fig. 4 Commande d’optimisation du catalogue.

D’autres évolutions, plus ou moins visibles, ont été apportées par Lightroom Bien entendu, je vous recommande de lire le fichier Read-me (lisez-moi) pour plus de détails. En voici les principales :

- Modification du traitement du bruit, afin d’être moins agressif par défaut.
- Respect de l’ordre de tri défini par l’utilisateur lors de l’importation d’un catalogue.
- Correction de l’affichage de vignettes grises à la place d’images (sous Windows).
- Correction du problème de disparition d’images dans la collection rapide lors de la réorganisation du dossier source.
- Correction de l’impossibilité d’exporter un catalogue vers un disque de moins de 250 Mo de capacité.
- Correction de l’auto-éjection systématique du lecteur de cartes avec toutes ses unités, au lieu de la carte elle-même (sous Windows).

Cet article vous a plu ? Notez le et partagez le sur les réseaux sociaux !



Commenter cet article

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Messages

  • Dites, j’adore Lightroom, mais là votre site devient une copie de utiliser-lightroom, y’as que çà dans le labo ici, vous pourriez pas varier un peu et parler de photo ?

    • Non, ce site ne devient pas une copie de utiliser-lightroom et je fais en sorte d’éviter de croiser les sujets ou de les traiter de la même manière.

      En ce qui concerne les sujets abordés dans le labo ou autres, il y a des projets avec d’autres auteurs, sur d’autres sujets mais c’est au Monde de La Photo de s’exprimer à ce sujet n’étant, pour ma part, que pigiste.

      Alors continuez à nous visiter !

      Cordialement,

      Gilles Theophile.