Tout savoir pour réaliser, optimiser et diffuser ses photos

Fujifilm X-T3 : pareil, mais bien différent

06/09/2018 | Laurent Katz

La question brûlait les lèvres. : le X-T3 serait-il stabilisé comme le X-H1 ? La réponse dans quelques lignes ! Le capteur serait-il le même ? Non, car il est ouvert sur la technologie BSI et offre une petite poignée de millions de pixels en plus. Et les rafales s’envolent jusqu’à 30 im/s .

Le compartiment photo

On ne vous fera pas languir plus longtemps, le X-T3 n’est pas stabilisé. Et ce n’est pas une surprise, les ingénieurs japonais l’avaient laissé entendre en affirmant que l’encombrement de l’unité stabilisatrice du X-H1 n’était pas compatible avec la taille du X-T2. Donc du X-T3, car extérieurement, c’est le même boîtier avec les mêmes commandes situées aux mêmes emplacements. Enfin presque, car un examen attentif montre de légers, mais bienvenus changements. Par exemple un viseur plus protubérant de 3 mm pour réduire l’effet Cyrano de Bergerac (le nez qui touche le LCD), certaines touches dorsales plus grandes pour un usage plus facile et un réglage dioptrique muni d’un verrou. Le viseur Oled est maintenant de classe 3,69 Mpts avec un taux de rafraichissement de 80 im/s, passant à 100 im/s au besoin pour une meilleure fluidité et une consommation électrique accrue de 30 %. Le barillet de correction d’exposition est moins large et un peu plus en retrait, pour éviter les déréglages impromptus.

JPEG - 161 ko
Le correcteur d’exposition est plus petit et en retrait.
(photo LK)

La connectique, qui hérite de la prise casque, dispose maintenant d’un port USB-C (USB 3.1 Gen1) qui assure aussi l’alimentation. Rassurez-vous, le chargeur est toujours dans la boîte pour revigorer un accu vidé, toujours le NP-W126S. Ce qui devient intéressant est de pouvoir y brancher un accu externe, fixé avec du gaffer par exemple.

JPEG - 127 ko
Ouf ! La prise casque est bien présente.
(photo LK)

Le X-T1 posait les jalons d’un hybride APS-C haut de gamme en 2014, suivi du X-T2 en 2016 qui proposait quelques atouts pour une incursion dans la photo d’action, surtout à l’aide d’un mode Boost s’appuyant sur un grip d’alimentation. Le coucou sort à nouveau de l’horloge, deux ans plus tard pour le X-T3 et là, certaines caractéristiques sont vraiment impressionnantes.

Capteur et processeur de course
Le capteur Cmos présente un peu plus de pixels que celui du X-T2, marquant l’ouverture de Fujifilm à la technologie BSI. Le plus intéressant n’est pas ce léger surcroit de définition, mais sa capacité à transférer les données plus rapidement. Cinq fois plus vite que le X-T1 et près de 30% de gain sur le X-T2. Quant au nouveau processeur d’image X-Processor 4, doté de quatre unités de traitement, il roule presque trois fois plus rapidement comparé au X-Processor Pro de la précédente génération. Les conséquences se manifestent dans la vitesse des rafales, le taux de rafraichissement du viseur, le suivi autofocus du sujet et la vidéo. Ainsi que le rolling shutter, inférieur à 10 ms en vidéo indique Fujifilm. Il produit des Raw en 14 bits, avec un traitement interne sur 16 bits.

JPEG - 414.7 ko
Les photosites dédiés à la détection de phase, plus de deux millions, correspondent à des photosites dédiés au vert pour l’image, leurs valeurs sont donc interpolées.
JPEG - 36.9 ko
L’autofocus travaille aussi sur la détection du visage ou des yeux.

Revenons au capteur, dont la plage de sensibilités nominales débute maintenant à 160 Iso. Sur les 26,1 millions de photosites, 2,16 millions sont dédiés à l’autofocus à détection de phase, soit quatre fois plus que sur le X-T2. La couverture de l’image est totale, même en AF-C, quand sur le X-T2 il y avait une restriction centrale. Et la sensibilité de l’AF passe à -3 IL. L’autofocus continu fonctionne pendant les rafales et au vu de leur cadence, on mesure combien le processeur doit être véloce et le capteur capable d’envoyer des données, jusqu’à 50 fois par seconde pour alimenter l’AF. Si l’on est en obturation électronique, la cadence est de 20 im/s, sans trou noir dans la visée. Valeur qui passe à 30 im/s si l’on accepte un recadrage 1,25x qui outre une réduction de l’angle de champ produit des images en 16,6 Mpxl. Dans ce cas, le viseur affiche un cadre, ce qui laisse observer ce qui se passe en dehors, pour anticiper un éventuel recadrage. Le rolling shutter est atténué indique Fujifilm. En obturation mécanique, c’est 11 im/s sans qu’il faille recourir au grip d’alimentation, indispensable avec le X-T2 pour soutenir cette cadence. Fujifilm offre un mode Pre-Shoot qui, lorsque le déclencheur est enfoncé à mi-course (obturation électronique activée) mémorise cycliquement une vingtaine de vues qui sont inscrites sur la carte au déclenchement.

JPEG - 388.6 ko
Le Color Chrome Effects améliore la gradation des couleurs dans les zones d’ombres.

Les Jpeg fournis sont les meilleurs possible. C’est un atout chez Fujifilm. Leur rendu bénéficie d’un nouvel effet, Color Chrome, issu du moyen-format GFX 50S qui va renforcer les couleurs dans les ombres, affiner les dégradés des sujets aux couleurs saturées. En vue par vue comme en rafale. Autre nouveauté, dédiée à la simulation de film Acros et aux modes Monochromes, une réglette ajuste la teinte, de -9 (rendu cyanotype) à +9 (aspect sépia).

L’appareil est annoncé pour le 20 septembre... en quantité suffisante pour alimenter les ventes de Noël, afin que la pénurie constatée lors de la sortie du X-T2 ne reste qu’un mauvais souvenir sans piqure de rappel. Son prix ? 1 499 € alors que le X-T2 valait 1 699 € à son lancement. Une remise de 200 € accompagne l’achat couplé du X-T3 avec l’un de ces objectifs : 14 mm, 16 mm, 56 mm APD, 80 mm, 90 mm, 10-24 mm, 16-55 mm, 50-140 mm et 100-400mm

- Le site de Fujifilm

La vidéo

La vidéo a fait un bond en raison de la puissance du X-Processor 4 et du débit de sortie du capteur. Le format DCI 4K est introduit (4 096 x 2 160) jusqu’à la cadence 60p, comme pour l’UHD 4K, sachant qu’en Full HD, la cadence maximale est le 120p. Le X-T3 ne lésine pas sur la qualité, car l’enregistrement en 10 bits et 4:2:0 sur la carte est proposé quand, via la sortie HDMI, c’est du 4:2:2. En matière de codec, les H264 et H265 sont de sortie, les compressions All-I et Long-Gop aussi, le premier étant réservé à la DCI 4K en 30p maximum, pour un débit de 400 Mbit/s, ce qui implique l’usage d’une SD estampillée V60. En matière de durée d’enregistrement, la limite est de 29’30’’, et de 20 mn en DCI 4K.

JPEG - 152.8 ko
Les réglages vidéos
JPEG - 23.5 ko
L’enregistrement en 4:2:2/10 bits est bien là !

Aux sensibilités élevées, Fujifilm revendique un gain de 2 IL en termes de bruit, également réparti entre une amélioration du processus de réduction du bruit et une diminution reposant sur l‘analyse de la répartition du bruit dans le canal rouge entre deux images consécutives.

L’HDR est en ligne de mire avec le HLG (Hybrid Log Gamma). Pas à la sortie, mais en novembre à l’occasion d’une mise à jour du firmware. La simulation de film Eterna introduite avec le X-H1 est reconduite ici et le zébra pour contrôler l’exposition. Le X-T3 n’a pas de déclencheur dédié, c’est le barillet des modes de prise de vue qui donne accès à la vidéo, et le déclencheur standard qui initie le filmage Pour les réglages, l’usage de l’écran tactile propose de nombreux ajustements, comme celui du niveau d’enregistrement sonore, cela de manière silencieuse. La prise casque, omise sur le X-T2, est bien présente. Ces caractéristiques propulsent le X-T3 comme un sérieux concurrent de Panasonic ou Sony... le stabilisateur en moins !

- Le site de Fujifilm

Grip et accessoires

JPEG - 203.1 ko
Joystick, touches de mémorisation et molettes se retrouvent aussi sur le joystick.
(photo LK)

Le grip du X-T2 ne sera pas recyclable sur le X-T3. Fujifilm indique qu’il porte l’autonomie à 1 100 photos et que l’on peut changer ses accus sans que le filmage s’interrompe si une batterie est aussi dans le boîtier. A 329 € l’unité, ceux qui feront la migration vers le nouveau couple X-T3+VG-XT3 vont faire grise mine, un peu colorée par l’offre commerciale couplée qui amène cette poignée d’alimentation verticale à 200 €. Autre poignée, la MHG-HXT3, compatible Arca Swiss, vient juste soutenir l’assise, sans commandes ni accu. Un étui en cuir BLC-XT3, une télécommande filaire RR-100, un chargeur de réserve BC-W126S et un kit CVT-XT3 comprenant les éléments amovibles que l’on peut égarer, dont le volet cachant les prises, complètent la liste des nouveaux accessoires.

- Le site de Fujifilm

Premier avis


Quel boîtier. Bien sûr, une batterie de tests est prévue pour vérifier les allégations de Fujifilm. Mais sur le papier, le X-T3 présente un visage séduisant et surtout une grande polyvalence. La qualité du couple capteur/processeur n’est plus à prouver, surtout son aptitude à sortir des Jpeg exploitables sans gros travail. Les rafales offrent des cadences élevées, mais leur longueur pourrait s’avérer insuffisante quand les Raw sont de la partie, voire le Jpeg, sans doute en raison d’une mémoire tampon un peu juste pour soutenir de longues séquences à ces cadences élevées. En tout cas, l’appareil saura répondre présent en de nombreuses circonstances lors de prises de vue animalières et sportives. Le portraitiste, le photographe de spectacles ou de scènes de nuit bénéficient d’un comportement appréciable aux sensibilités élevées. Le vidéaste pourrait se poser la question au moment du choix et ne pas considérer uniquement le Panasonic GH5 ou le Sony A7S II. Le prix, enfin, est raisonnable, 1 499 € nu faut-il le rappeler. L’absence de stabilisateur et d’objectif transstandard qualitatif, stabilisé, protégé contre les intempéries (comme le boîtier) et démarrant à 16 mm (24 mm en éq. 24 x 36) est aujourd’hui un petit handicap, qui aura disparu avec la sortie du 16-80 mm F/4 OIS WR prévu pour 2019.

- Le site de Fujifilm

Fiche technique

JPEG - 185.2 ko
Le X-T3 est aussi proposé en finition argentée.
  • Capteur : X-Trans Cmos IV 23,5 x 15,6 mm, format 3/2, 26,1 Mpxl
  • Définition maxi. : [3/2] 6 240 × 4 160 [16/9] 6 240 × 3 512 [1/1] 4 160 x 4 160
  • Définition vidéo. : DCI 4K et UHD 4K (60p, 50p, 30p, 25p, 24p), Full HD (120p, 100p, 60p, 50p, 30p, 25p, 24p)
  • Monture : Fujifilm X, coeff. 1,5x
  • Stabilisateur : -
  • Tropicalisation : oui
  • Sensibilité : 160 - 12 800 Iso (80-51 200 Iso)
  • Formats de fichiers : Jpeg, Raf (14 bits), Mov (ALL-I et Gop ; H264, H265)
  • Mise au point : autofocus hybride (contraste et phase) ; modes Zones AF et Large/Suivi sur 425 points ; mise au point manuelle (avec focus peaking) ; détection visage et œil
  • Mesure de l’exposition : multizone (256), moyenne, pondérée centrale, ponctuelle
  • Compensation d’exposition IL : +/-5 IL par 1/3
  • Vitesses : 1/8 000s – 15 mn ; 1/32 000s – 15 mn (électronique) ; 1/32 000s - 15 mn (électronique + mécanique) ; synchro flash 1/250e
  • Modes d’exposition : PSAM
  • Modes Rafale : 30 im/s en obturation électronique avec recadrage 1,25x (60 Jpeg, 35 Raw compression sans perte, 33 Raw non compressés) ; 20 im/s en obturation électronique (79 Jpeg, 36 Raw compression sans perte, 34 Raw non compressés) ; 11 im/s en obt. mécanique (145 Jpeg, 42 Raw compression sans perte, 36 Raw non compressés),
  • Divers photo : modes Film (Astia, Provia, Velvia, Classic Chrome, Acros, Pro neg. Hi, Pro neg. Std., N&B avec ou sans filtre, sépia, Effet de grain), ajustement teinte (Acros et Monochrome), plage dynamique, filtres créatifs, intervallomètre, exposition multiple, panorama
  • Balance des blancs : auto, préréglée (7), manuel (3), K
  • Flash : -
  • Prise flash : sabot et prise de studio
  • Visée : électronique Oled 3,69 Mpts, 100 %, grossissement 0,75x, dégagement 23 mm
  • Moniteur : LCD multidirectionnel 7,5 cm /1,040 Mpts
  • Stockage : 2 x SDXC/UHS II
  • Interfaces : USB-C/USB 3.1 Gen 1, micro HDMI, micro 3,5 mm, casque 3,5 mm, télécommande 2,5 mm
  • WiFi/Bluetooth/GPS : IEEE802.11b g n/4.2/-
  • Personnalisation : molettes, touches, configurations utilisateur, menu personnel
  • Alimentation : 1 accu Li-Ion NP-W126S
  • Logiciels : Raw File Converter
  • Accessoires fournis : Dragonne, câble USB, accu et chargeur
  • Dimensions/poids : 132,5 x 92,8 x 58,8 mm/539 g (avec accu et SD

- Le site de Fujifilm

Cet article vous a plu ? Notez le et partagez le sur les réseaux sociaux !



Commenter cet article

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Messages

  • Joli boîtier proposé par Fuji ! C’est juste dommage de ne pas profiter de la sortie de ce nouveau boîtier pour commercialiser dans la foulée le 16-80. Peut-être en début d’année ?

  • Excellente nouvelle qui confortera les utilisateurs dans leur volonté à ne pas céder aux sirènes CANIKON

  • Il est clair que le 16-80 f/4 sera le couteau suisse par excellence à associer au X-T3 !
    Cette marque fait de plus en plus envie :)

  • @2
    en tout cas pas vers Canon pour ceux qui veulent un boîtier stabilisé et une meilleure dynamique.
    Ceci dit, le prix du fuji stabilisé n’est pas’ donné et c’est bien à cause de ce prix que j’ai préféré investir dans du Sony.

  • La stabilisation peut être un plus - encore que dans d’autres marques que j’utilise - je trouve que ce n’est pas indispensable excepté dans de très très rares cas.
    N’oubliez pas que la stabilisation sert uniquement à corriger les mouvements verticaux innoportuns de l’opérateur...
    Ce sont davantage les miroirs qui posent problème dans les reflex (bruit, vibrations) d’où la pertinence des hybrides.
    Je préfère un boîtier hybride même APS-C ayant une bonne ergonomie, léger, performant dans la pénombre et avec une bonne dynamique.
    Un Sony ne m’apporterait rien de plus sinon que de changer de système hybride pour un investissement trop important au regard de ce que la photographie rapporte aujourd’hui.
    Si vous êtes un riche geek-amateur, naturellement, la question ne se pose pas :)

  • @5 les geeks comme vous parlent de meilleure dynamique, les pros de chez canon s’en fout les grands blanc ils sont partout et canon domine le marché de la photo cela prouve que le dynamique du capteur n’est pas important pour eux du moment qu’on sait bien exposer sa photo, vous ne faites que répéter des trucs de geeks

  • Possesseur ( satisfait ! ) d ’ un X-T 2 , je suis inévitablement intéressé par ce nouveau boîtier ... Fuji progresse donc à bien des égards , même si la stabilisation mécanique fait défaut ( ? ) . Et comme le prix est revu à la baisse ...
    Mais faut- il ENCORE rappeler que les comparaisons avec les FF " haut - de gamme " Canon et Nikon ( Sony ) est ridicule , in fine !?
    D’ accord , on le sait , on le sait : les capteurs plus grands , les processeurs plus performants , les optiques plus ... , etc .... etc....
    N ’empêche qu ’ avec un X-T2 ou ... 3 - sans aucun doute - on peut faire de SUPERBES images , n ’ en déplaise aux pompeux cornichons de tous poils , qui ne jurent que par " le meilleur " ou " le plus cher " ...

  • Eh bé la voilà la 4K 60p qui manquait aux autres ! Comme sur les vraies cameras ! Mais en demi format, comme chez Pana... Il faudra voir ce qu’elle donne, mais c’est un bon point.

  • @7
    qui a bien raison et j’ajoute que l’on peut sans pb. prendre directement en JPEG sans craindre grand chose.
    Oui FUJI c’est excellent et les optiques itou.
    Je suis pourtant équipé en Canon & Leica, mais considère FUJI comme l’un des acteurs majeurs toujours à la pointe.
    FUJI a d’ailleurs un acquis très ancien, depuis les années début 1970, dans les boitiers 24x36 argentiques (FUJICA) & optiques bien sûr. Ne parlons pas de l’expérience en colorimétrie développée avec les fameuses pellicules boites vertes.

  • @6

    Assurémment vous êtes ici pour critiquer (polluer serait le terme plus approprié)...

    Etes-vous professionnel ?

    Je le suis depuis 1985 et j’utilise également Canon...

    Et puis j’ai parfois des publiccations dans Geo, par exemple... Et puis beaucoup de photographes publiés dans National Geographic utiisent aussi du matériel qui ne correspond pas à vos critères sélectifs et de très hautes volées ou que vous trouveriez désuet comme le Rollei 6x6 bi-objectifs un autre exemple et dont les photos pourtant publiées sont peut-être passées entre vos mains... Allez y comprendre quelque chose...

    Qui est le geek snobinard-hautain-le je sait tout :)

  • Mon premier boitier en 1976 était un Fujica ST 801, puis devenu professionnel, Nikon 18 ans et Canon 20 ans ! J’ai été un des premiers en France à acheter les Fuji ( parallèlement aux Canon) je les ai tous possédés, X100 et Xpro1 en tête avec leur misérable mise au point qui m’a fait rater des photos et perdre de l’argent, j’ai eu des parutions dans les magazines à la même hauteur qu’avec mes Canon. J’ai finalement revendu tous mes Canon en 2015 et continue maintenant de travailler avec mes Fuji ( plus légers’ qualité des jpgs et des objectifs) . J’ai donc bouclé la boucle, de Fujica en 76 à Fujifilm aujourd’hui ! Une dernière chose, j’ai déjà commandé le Fuji XT3 !!!! Et ne me parlez pas de FF, je ne connais que les photos imprimées dans les magazines contre rétribution, le reste n’est que de la littérature !

  • @11 ça va avec les besoins des clients de chacun, de mon côté si je veux me faire jeter je peux utiliser ces petits Fuji.

  • @12

    C’est norrrmaaaal, vous faites du "packshot" alimentaire mais nous on fait de l’arrrrrt avec un grand A !

    Je rigole, bien entendu...

    Effectivement, nous n’avons pas tous les mêmes besoins et c’est tant mieux mais les 2 dernières interventions précédentes s’adressaient à d’autres personnes, celles qui rêvent de faire des double-pages de magazines ou celles qui pérorent comme des "SEGUELA"...

  • On va attendre que les premiers acquéreurs comme "Bombardier" essuient les plâtres car certains d’entre nous n’ont pas la mémoire courte ; ils se souviennent de l’épopée X-PRO1... Hein !

  • @10
    bien vu.
    souvent je rappelle aussi que de nombreux photographes utilisent des rx10 , des omd em10 et autres boîtiers dits « petits formats »....

  • Qualité des jpeg Fuji
    On peut gloser la dessus des heures évidemment mais je trouve que le rendu Fuji pour plaisant qu’il soit n’est pas naturel et que les couleurs sont incorrectes, à l’mage justement de ce que furent leurs pellicules avec cette dominante jaune vert, ce bleu marqué dans les ombres. Flatteur mais pas correct.

  • @16
    Faux problème et argument de mauvaise foi !
    Bien souvent il s’agit mauvais réglage de la balance des blancs ou d’un problème problème d’éclairage.
    Avec toute la batterie de logiciels qu’on trouve sur le marché, votre problème est vite réglé même en JPEG.

  • J’ai bien noté que j’avais essuyé les platres et galéré avec les Fuji X100 et XPro 1 et même perdu de l’argent...., mais le XT 3 n’est pas une première génération, les plâtres sont nickels maintenant. J’attend même les Fuji XPro3 et X100Fs avec le capteur et le processeur de ce XT3 ....

  • @16
    Pas d’accord.
    Suis aujourd’hui en Canon et ai réglé la WB selon mon goût.
    Il suffit d’entre dans le menu et de déplacer le curseur sur l’échelle selon 2 axes, en + ou en moins.
    J’avais aussi viré du jaune sur mes Nikon.
    Idem sur Fuji, suffit d’essayer. Dans le pire des cas, shooter en RAW, puis correction selon son logiciel.

  • @17 pourrait-il nous expliquer comment il retouche la balance des blancs sur "même du JPG" ?
    Merci d’avance :)
    Bon plus sérieusement, le JPG proposé par Fuji pose problème justement parce que c’est du JPG et que les possibilités de retouches sont plus réduites. Mais puisqu’il parait que les JPG de Fuji sont toujours parfaits , pas besoin de logiciel, hein ? Tristesse, Fuji va finir par ruiner Adobe.

  • @20
    La balance des blancs se règle sur le boîtier avant de traiter un sujet Monsieur le Spécialiste :)

  • @18
    Tu testes et après tu nous fais signe car je suis plus frileux que toi !
    Perso, je me suis arrêté au X-T1 que j’utilise toujours car j’ai préféré attendre la version 3, la version 2 n’apportant pas assez d’amélioration pour ma pratique.
    J’ai bien l’intention d’acheter le 3 si celui-ci est aussi prometteur qu’il parait mais j’attends le retour des primo-acquéreurs (sur 2-3 mois) car je me suis fait "b....." la première fois et j’ai bien retenu la leçon :)

  • @17 et toute "sa" batterie de logiciels qu’on trouve sur le marché.
    Intéressant toute cette batterie, desquels parle-t-on ? Parce que l’autre jour sous l’éco$ysteme quelqu’un disait qu’il n’existait rien d’autre que la daube, je cite :
    « Lightroom a plus de dix ans d’avance, et son écosystème via Lr CC en remet une couche. Et de 2007 à 2018, qu’ont fait les concurrents potentiels ? Rien ! »
    Source : commentaire #8 http://www.lemondedelaphoto.com/Lightroom-mise-a-jour-estivale,14774.html#forum29412

    Quel est donc ce logiciel qui permet ce que vous dites (BdB sur JPEG) : réglage de la balance des blancs ... Avec toute la batterie de logiciels qu’on trouve sur le marché, votre problème est vite réglé même en JPEG.
    Ça m’intéresse sérieusement.

  • @21 Apprenez à suivre les échanges : cela part d’une erreur de BdB . Et ne me faites pas croire que vous sortez votre charte de gris pour chaque photo :))

  • Mais qu’est-ce que c’est que hors-sujet comme quoi on ne pourrait pas retoucher une balance des blancs en JPEG ??!!
    C’est plutôt les infos perdues dans les hautes et basses lumières qui ne sont pas rattrapables !
    Et ça, j’en ai déjà fait l’expérience, merci aux Nefs et les CR2 pour les récupérations rendues possibles, d’ailleurs.
    Pour revenir au X-T3, le prix de sortie est une excellente nouvelle, cela prouve que Fuji sait faire de la nouveauté sans surenchérir dans les tarifs de plus en plus élevés des concurrents.

  • Des rumeurs plus qu’ « insistantes » annoncent la sortie chez Panasonic d’un fullframe hybride pour mars 2019.
    #PanasonicFF
    Cette rumeur ne sort pas tout à fait par hasard : après les annonces Z6/Z7/EOS-R. Façon de faire patienter les clients Panasonic qui auraient pu être tenté par l’aventure Canikon. Mais pour le produit Panasonic , pas de bague d’adaptation pour utiliser les optiques du constructeur ! Il n’y en a pas... #tristesse
    Cette annonce/rumeur devrait également calmer les ardeurs dépensières des clients tentés par ce produit XT-3 et autres Olympus. D’un coup, tous les ardents défenseurs des petits capteurs présents sur ce site devraient se sentir flouer et céder aux sirènes Canikonsonic ( cf @2 )

  • Heureusement, j’ai tout revendu mon matériel fuji les couleurs fluo impossible les corriger, maintenant avec l’arrivée de canon et nikon en hybride FF, FUJI en APS aura du mal à justifier et à vendre ses appareils photo même en baissant les prix

  • @26
    Chouette, j’attends mars 2019 et après j’attendrai septembre car "schmoll" sortira un truc encore bien mieux !
    @27
    Faites du noir & blanc comme ça rien ne sera fluo.
    Vous nous faites "....." avec la couleur surtout que tout est moche en ce moment ; l’herbe est grillée, les rivières et les mers sont pleine d’immondices, les gens s’habillent comme des truffes, le sang coule à flot, y a le feu au lac et "au cul" de certaines personnes...

  • @25 c’est bien ça qui est fort interessant, de pouvoir corriger la BdB dans ces infos perdues dans les hautes et basses lumières ... cqfd, donc BdB sur JPG = non.

  • @28 : Et ce qui n’est pas moins important, y’a plein de microplastiques dans les moules.... :(

  • @29 : Tout à fait. On peut rattraper (dans une certaine limite) une dominante sur du jpg, mais la Bdb, c’est seulement avec les raw.

  • @31 (et pas que) : deux ciics sous Capture NX2 (plus le clic pour sélectionner la photo)
    Miracle : ça marche sur mes jpegs du DP2 Merrill !!!
    De rien, c’est gratuit.

  • @32 Ne confondez-vous pas teinte, saturation... avec BdB ?

  • Oui, Brigitte de Bardot, c’est encore autre chose

  • "La balance des couleurs ou balance des blancs permet, sur un appareil photographique numérique ou un caméscope, d’étalonner le capteur et d’adapter la dominante de couleur à l’éclairage ambiant. On réalise ce réglage au moyen du paramètre approprié de l’appareil, ou bien, pour les appareils à balance des blancs automatique, en présentant devant l’appareil une surface étalon reconnue comme blanche, normée ou déterminée comme telle par l’œil humain. Cette opération est à refaire chaque fois que l’on change de conditions d’éclairage. Elle s’apparente en photographie argentique au choix d’une émulsion lumière du jour ou lumière artificielle et à l’usage de filtres de température de couleur."
    WIKIPEDIA

  • @33 : magie des U-Points sous Capture NX2.
    Pour revenir au X-T3, cet apn fait réfléchir, quand on veut passer au FF...

  • @36 Bien évidement, c’est totalement faux. On peut retoucher et améliorer une image en jpg. Mais en cas de grosse erreur de BdB, c’est totalement impossible.
    Je vous met au défi d’aligner une douzaine d’images avec la même température de couleur. Avec CameraRaw, c’est ultra simple. Mais en Raw , pas en JPG.

  • @32 deux ciics sous Capture NX2 (plus le clic pour sélectionner la photo)
    Miracle : ça marche sur mes jpegs du DP2 Merrill !!!
    De rien, c’est gratuit.

    Moi aussi c’est gratuit, ouvrez bien vos yeux : dans Capture NX2, quand on ouvre un RAW (NEF), dans la partie Developpement on a en premier l’onglet "Paramètres de l’appareil photo" qui contient le réglage nommé Balance des blancs . Quand on ouvre un JPG... on N’a PAS cet onglet Paramètres, aucun réglage de BdB.
    Autre chose ? ;)

  • Oui, en nef, on a plus de latitude, plus de marge de manœuvre et plus de finesse et surtout c’est plus facile pour rattraper la BdB, ainsi que hautes lulus.
    C’est pour ça que Nikon a créé les U-Points : pour pouvoir faire la même chose les jpegs.
    Avec moins de latitude, moins de finesse, et parfois plus de travail à fournir dans les courbes de couleurs.
    Prenez deux jpeg + nef : un chaud, et un froid, évidemment qu’en nef ce sera mieux, mais en jpeg sera déjà bien, à condition qu’aucune des trois couleurs ne soient saturées pour un jpeg. (et si c’est saturé en nef : là, c’est irrattrapable de toutes façons)

  • De toute manière tout cela vient d’un faux problème :

    1. tu feras la BdB avant de shooter ;
    2. tu feras du RAW ton format préféré ;
    3. tu perdras cette manie de toujours vouloir aller plus vite que la musique.

    Il n’y a pas de mystères si on souhaite tirer le maximum d’un support numérique, il faut prendre son temps et respecter certains protocoles comme au bon vieux temps de l’argentique.

    Aujourd’hui, nous vivons sous le joug des dictatures "toujours plus vite", "toujours plus rentable" ; pourtant, prendre son temps, c’est le secret de la qualité et de la longévité...

  • @25
    se sentir floués ...
    c’est à voir.
    si on part du prix du fuji xh1, de l’omd em1 mark II et autres, il y a de quoi réfléchir avant de se lancer dans le m42 ou l’apsc.
    mais il n’ya pas que le prix. Fuji propose des arguments intéressants.
    olympus propose des optiques ultra compactes et une stab vraiment évoluée.
    sony annonce aussi un nouveau capteur révolutionnaire dédié aux apsc et m43. Ces deux formats sont donc loin d’être en danger, du moins dans l’immediat.

  • Nous verrons bien mais c’est sans doute Sony et Fuji qui sont sur la voie du progrès et de la rentabilité Canon et Nikon prenant trop de retard et vivant un peu dans le passé...
    Sony rachètera Nikon et Fuji avalera canon :)

  • Si on est intéressé par cette version 3 il semblerait plus sage d’attendre la période de Noël pour l’acquérir afin de bénéficier des premiers retours utilisateurs sur 2-3 mois et d’une promo que fuji ne manquera pas de faire à cette période... - :)

  • OK, mais comment fait-on si les premiers futurs utilisateurs décident d’attendre 3 mois ?
    On ne pourra pas se prononcer pour Noël, alors ceux qui désiraient attendre que les premiers essuient les plâtres devront passer à l’acte en tant que premiers dans ce cas.
    C’est la bonne solution des petits malins, hein ! ( :-)))

  • T’inquiètes pas mon gars, les acheteurs compulsifs qui veulent avoir le dernier modèle en pensant qu’ils seront plus créatifs sont au coin du bois :)

  • Notre monde devient tellement ridicule qu’il est temps q’un cataclysme survienne !

  • En ce qui me concerne, étant donné l’utilisation que j’en ai (portrait, paysage, nuit), le plus gros progrès hormis l’AF réside dans le fait que l’on puisse se passer de grip en gardant ses fonctionnalités. Un viseur mieux défini est aussi appréciable bien que je n’ai rien à reprocher à celui du XT 2. J’attendrai le XT 4 si je décide de changer et certainement pas pour un FF trop cher et trop encombrant avec ses optiques, Un peu déçu quand même par le manque de stabilisation...

  • @39 Oui, en nef, on a plus de latitude, plus de marge de manœuvre et plus de finesse et surtout c’est plus facile pour rattraper la BdB, ainsi que hautes lulus.

    Non, ce n’est pas ça, c’est bien plus simple, quelque soit votre latitude :
    1. En NEF on peut modifier la BdB.
    2. En JPG on ne peut pas modifier la BdB.
    C’est tout, POINT./ Arrêtez aussi avec vos Upoint ça n’a rien à voir.

    On parle de travail, pas de bricolage d’amateur.

  • @50
    Si si, avec PhotoLab (ex DXOOpticsPro) vous avez un petit curseur qui permet de modifier la balance des blancs sur le fichier affiché, un Raw ou un Jpg.
    On peut modifier la température de couleurs sur tout fichier photo., naturellement !
    Bien évidemment vaut mieux privilégier le Raw pour obtenir le cas échéant un bon résultat et ne pas travailler en Jpg.
    Le pro de paysage ou l’amateur averti qui prend son temps shootera en Raw...Tandis que le pro du sport ou le fujiste shootera en Jpg, pour des raisons différentes, le premier pour alléger son envoi internet à son agence, le second parce qu’il obtiendra un très bon fichier sans grosse erreur dès le départ. Un léger réglage dela WB sera toujours possible avant les rotatives ou tirages sur son Epson.
    Amateur ou pas, c’est un choix de travail , mais faut connaître les limites d’intervention raisonnable sur Jpg sous peine de regrets.

  • @50
    je complète mon propos ci-dessus :

    Si quelqu’un confond le réglage de la WB et celle permise par les Upoints, c’est qu’il doit reprendre les bases fondamentales de la photographie.
    Les Upoints, vaste programme.... dont on se passera de mon point de vue.

  • Est-il vraiment utile de faire tant de commentaires partiaux et sanguins pour un appareil photo que personne ici n’a eu la possibilité de tester réellement ?
    "Ma marque pouette pouette est meilleur que la tienne ... ". Ca fait combat de coq cour d’école façon "la mienne est plus grosse que la tienne...".
    Revenez sur terre les amis ! Seul les images produites peuvent parler pour vous. L’appareil photo n’est qu’un instrument, pas le regard de l’artiste en lui même. Un bon photographe avec un mauvais appareil fera toujours de meilleurs photos qu’un mauvais photographe avec un bon appareil.
    Tous le reste n’est que prose de geek, pas de photographe dans le sens artiste du terme.
    Il y a les fauxtographes et les vrais.