Tout savoir pour réaliser, optimiser et diffuser ses photos

FUJIFILM

Pentax K-1 Mark II : performances accrues

21/02/2018 | Benjamin Favier

Ce modèle succède au K-1, premier plein format numérique Pentax sorti il y a deux ans. Au programme, pas de réelles nouveautés. Mais une amélioration des performances.

Présentation

L’arrivée du K-1, il y a deux ans, a marqué le retour de Pentax sur le front du 24 x 36, en numérique. Tout en restant présent sur les segments APS-C et moyen-format. Ricoh Imaging procède aujourd’hui au renouvellement de son reflex plein format, en dévoilant une version Mark II. Il s’agit plus d’une mise à jour que d’une réelle évolution. Les améliorations tiennent en quatre points.

La définition du capteur Cmos reste inchangée : 36 Mpxl, sans filtre passe-bas. En revanche, la sensibilité maximale augmente, passant de 204 800 Iso à 819 200 Iso. Comme sur le KP, sorti l’an dernier.

Cela s’explique par l’implémentation d’une unité accélératrice en complément du processeur Prime IV, pour une meilleure gestion du bruit. La stabilisation est bien sûr intégrée, comme sur tous les reflex Pentax, sur cinq axes, avec un gain revendiqué de cinq vitesses.

JPEG - 305.1 ko
Le système de stabilisation sur cinq axes.

Autre amélioration, la technologie de décalage de pixels Pixel Shift Resolution, passe en version II : il sera désormais possible de générer une image haute définition en fusionnant quatre vues, prises à main levée. Nous reviendrons dans le détail sur cette fonction lors du test, dans les semaines à venir.

L’autofocus repose toujours sur le système Safox 12 à 33 collimateurs, dont 25 croisés. Mais Ricoh Imaging indique que la mise au point sera plus rapide en modes AF-S et AF-C, grâce à un algorithme amélioré.

Enfin, le logiciel Image Sync passe en version 2. L’ergonomie a été revue, et le transfert des données devrait être plus rapide. C’est tout en ce qui concerne les améliorations.

L’ergonomie demeure strictement identique par rapport au K-1. On retrouve ainsi le fameux écran LCD de 3,2 pouces et 1,04 Mpts, monté sur quatre tiges coulissantes. Et le beau viseur à pentaprisme, qui offre une visée à 100 %, avec un grossissement 0,70x. La vidéo demeure en 1080p (ou en 1080i à 60 ou 50 im/s), mais il sera toujours possible de solliciter l’intervallomètre en UHD.

L’obturateur du K-1 Mark II est donné pour 300 000 déclenchements. En parcourant la fiche technique, on note que l’autonomie est annoncée avec une centaine de vues de moins par rapport au K-1 : environ 670 vues, contre 760 auparavant.

Sortie prévue fin mars, au prix de 1 999 €. Il remplace le K-1 au catalogue.

- Le site de Ricoh Imaging

Premier avis

Alors que l’on se demande à quoi vont ressembler les futurs hybrides Canon et Nikon, constructeurs historiques de reflex, Ricoh démarre l’année en renouvelant son K-1… par un reflex. Après une incursion manquée – comme Canon et Nikon – sur le front des appareils sans miroir (vous vous souvenez des Q et K-01 ?), Ricoh Imaging joue la carte de la continuité.

Le K-1 Mark II séduira sans aucun doute les possesseurs de K au format APS-C désireux de goûter au plein format. En revanche, pas sûr que les utilisateurs du K-1 franchissent le pas. La liste des évolutions est trop mince pour justifier un changement. Même si elle concerne des points essentiels comme la qualité d’image et la réactivité. Il faudrait cependant que les progrès soient spectaculaires, pour passer du K-1 au Mark II.

Reste que ce reflex devrait offrir toutes les garanties de son prédécesseur en matière de robustesse. Et son tarif demeure attractif, avec un capteur qui a fait ses preuves, et un système de stabilisation intégré, qui demeure unique sur le marché actuel, parmi les appareils dotés d’un miroir. Nous regrettons toutefois que Ricoh n’ait pas vu plus grand et ne se soit pas penché sur certaines fonctions (vidéo 4K, écran tactile), qui auraient accru la polyvalence du porte-étendard de la flotte K, en 24 x 36. Car en face, les Canon EOS 5D Mark IV et Nikon D850, certes proposés à un tarif bien plus élevé, sont rudement bien armés. Et parmi les hybrides, un certain Sony A7R II, bien que vieillissant (il vient d’être remplacé par l’A7R III) reste un modèle très séduisant avec un son capteur Cmos rétro-éclairé de 42 Mpxl et la stabilisation intégrée.

Fiche technique

- Capteur : Cmos 24 x 35,9 mm, 36 Mpxl sans filtre passe-bas
- Définition maximale : [3/2] 7 360 x 4 912 pixels
- Coefficient multiplicateur : 1x
- Sensibilité : 100 à 819 200 Iso,
- Vidéo : 1080p à 24, 25 ou 30 im/s ; micro intégré stéréo
- Formats de fichiers : Jpeg, Raw (Pef/DNG) 14 bits, MOV
- Protection du boîtier : oui (-10°à 40°)
- Stabilisateur : oui sur cinq axes
- Wi-Fi : Transfert de fichiers et déclenchement à distance
- GPS : oui
- Montures : Pentax KAF2, KAF3, KAF4, KAF et KA
- Mise au point  : Safox 12, 33 collimateurs dont 25 en croix
- Mesure de l’exposition : TTL sur 86 000 zones RGB, pondérée centrale, spot
- Balance des blancs : Auto, auto multizone, préréglée (10), mesurée (3), kelvin (3)
- Compensation d’exposition : +/- 5 IL par 0,3 IL
- Vitesse : 1/8 000 à 30 s , B, T ; obturateur électronique en LiveView
- Rafales : 4,4 im/s (environ 70 Jpeg ou 17 Raw à pleine définition) ; 6,5 im/s en mode recadrage APS-C
- Flash intégré : -
- Visée : Reflex 100 %, 0,70x, dégagement 20,6 mm
- Moniteur : LCD 3,2 pouces, 1,037 Mpts, multidirectionnel
- Stockage : 2 x SD/SDXC (UHS-I)
- Interfaces : USB 2, HDMI non compressée, accessoires, micro, casque, griffe flash, synchro X
- Alimentation : accu Li-Ion D-LI90 (autonomie annoncée de 670 images pour une charge)
- Dimensions / Poids  : 136,5 x 110 x 85,5 mm / 1010 g (avec accu et carte)

Cet article vous a plu ? Notez le et partagez le sur les réseaux sociaux !



PHOX

BBB
Archives Le monde de la photo

NOUVEAUTE : Vous recherchez un article, un test ?

Accédez aux archives MDLP

Fujifilm