Tout savoir pour réaliser, optimiser et diffuser ses photos

Sony A6300 : AF à 425 points et vidéo 4K

03/02/2016 | Benjamin Favier

Deux ans après l’A6000, Sony revient sur le segment des hybrides experts au format APS-C. Place à l’A6300, qui repose sur une impressionnante fiche technique. Mais certains regrets pointent déjà, comme l’absence de stabilisation intégrée, de capteur BSI et de fonctions tactiles…

Présentation

Au cours des deux dernières années, Sony a fait preuve d’une incroyable activité sur le segment des compacts à optiques interchangeables, prenant particulièrement soin de sa série A7, qui adopte un capteur 24 x 36. En 2015, les trois boîtiers sont passés en version II, intégrant notamment un système de stabilisation : A7 II, A7R II et A7S II. L’A7R II a d’ailleurs marqué les esprits, avec son capteur plein format BSI et l’intégration de la vidéo 4K. Et l’APS-C dans tout ça ? La fréquence de sortie s’est avérée bien moins élevée. Dans la gamme, on s’est habitué aux designs et caractéristiques des A5100 et A6000. Mais Sony n’entend pas lâcher ce format, puisqu’elle lance, deux ans après la sortie de ce dernier, l’A6300.

Définition et processeur identiques

La première nouvelle, c’est que la définition ne change pas. Le successeur de l’A6000 est doté d’un capteur APS-C Cmos Exmor de 24 Mpxl. La seconde, c’est que le processeur Bionz X reprend du service. Mais revenons sur le capteur lui-même. Après nous avoir impressionnés avec celui de l’A7R II et les Cmos empilés des RX10 II et RX100 Mark IV, on pouvait s’attendre à retrouver l’une de ces technologies sur l’A6300. Et bien non.

PNG - 206.5 ko
Schéma d’illustration du nouveau capteur Cmos Exmor de 24 Mpxl du Sony A6300. Document Sony

S’il ne s’agit pas du même capteur que sur l’A6000, Sony indique seulement avoir opté pour « une nouvelle couche de câblage en cuivre plus basse et un circuit de traitement qui optimise la collecte de la lumière. » Nous n’avons pour l’instant pu échanger avec des représentants de la marque, puisque l’annonce a été effectuée en direct depuis New York (16 h heures sur notre fuseau horaire) sans que la moindre information ne nous parvienne en amont. Avec ce nouveau capteur, l’A6300 atteint une sensibilité maximale de 51 200 Iso par extension. En parcourant attentivement la fiche technique, on déplore l’absence de stabilisation, pourtant incorporée sur les A7, comme mentionné plus haut. Il faudra donc recourir à des optiques en monture E estampillées OSS pour bénéficier de la stabilisation avec l’A6300.

Autofocus hybride, acte II

Lors de la sortie de l’A6000, Sony mettait déjà l’accent sur les performances de l’autofocus, de type hybride. À raison, comme nous l’avions souligné lors de notre test, tout en fustigeant la réactivité, perfectible, notamment le temps de déploiement du 16-50 mm (zoom électrique) ainsi que le délai de sortie de veille. Nous serons vigilants sur ces critères lors de nos essais. En attendant, le nouveau système autofocus de l’A6300 impressionne sur le papier : toujours de type hybride, il voit son nombre de collimateurs atteindre 425 en détection de phase (contre 179 sur l’A6000), couvrant presque toute la surface du capteur ; et 169 en détection de contraste (contre 99 auparavant).

JPEG - 12.9 ko
Répartition des collimateurs du système AF hybride du Sony A6300. Document Sony

Sony précise que tous seront actifs en corrélation de phase en utilisant des optiques en monture Alpha avec la bague LA-EA3. Une première pour un hybride en monture E au format APS-C. En outre, la marque revendique une mise au point sur des sujets en mouvement avec un délai de 0,05 s, avec l’aide de la technologie High-Density Tracking, qui apparaît pour la première fois sur ce modèle. Autre conséquence, un mode Rafale a priori redoutable en LiveView, puisqu’il atteint la cadence de 8 im/s. En mode classique, on reste à 11 im/s, avec la possibilité de prendre jusqu’à 21 images en Raw, 44 en Jpeg et environ 21 vues en Raw + Jpeg. En revanche, on constate que l’obturateur plafonne toujours à 1/4000s et la synchro flash à 1/160s. Un mode silencieux fait son apparition pour rendre le déclenchement muet.

4K en interne

L’enregistrement direct en 4K ne faisait guère de doute, après que cette définition est apparue sur les A7R II, A7S II, mais aussi sur les RX10 II et RX100 IV. Sur l’A6300, Sony indique que l’on obtient un équivalent au format Super 35 mm via un sur-échantillonnage : « l’appareil utilise tous les pixels du capteur, sans regroupement, pour recueillir 20 mégapixels d’information - à une définition équivalente de 6K et avec environ 2,4 fois plus de pixels qu’en 4K UHD. » L’enregistrement est donc confié à la carte mémoire (Memory Stick ou SD UHS-I), avec une compression XAVC S à 100 Mbps et une cadence maximale de 25 im/s (Pal). Il sera possible de tourner sans compression en 4K avec un enregistreur externe via la sortie mini HDMI. En 1080p, l’A6300 filme à 100 im/s avec un débit de 50 Mbps. Dans le même temps, un nouveau profil S-Gamut/S-Log permet de filmer sur une gamme dynamique étendue. Comme sur l’A6000, zébra et focus peaking répondent présents et il sera possible de solliciter le time code. Une prise micro – absente sur les NEX-6 et A6000 alors que le NEX-7 en était pourvu – refait surface (3,5 mm). Elle est aussi compatible avec les microphones XLR avec l’accessoire dédié XLRK2M. Pas de sortie casque en revanche.

Ergonomie et visée

À première vue, l’A6300, conçu en alliage de magnésium, n’évolue guère du point de vue du design, ressemblant beaucoup à son prédécesseur. Néanmoins, les touches ont fait l’objet d’un réaménagement au dos : toute la partie droite est calquée sur l’A7 II, ce qui facilitera le passage de l’un à l’autre et rend les deux boîtiers complémentaires. En tout il sera possible de configurer neuf touches, avec 64 fonctions au choix. L’A6300 se distingue de son grand frère 24 x 36 avec un touche d’extraction du flash, dont les A7 sont privés. Le viseur prend place sur la gauche du boîtier, comme l’A6000. Mais cette fois, Sony n’a pas rogné sur la définition.

Rappelons que l’A6000 se contentait d’un EVF de 1,44 Mpts, alors que le NEX 7 intégrait un viseur électronique Oled de 2,36 Mpts. On le retrouve logiquement sur l’A6300. Pas de surprise au niveau de l’écran LCD de 3 pouces et 920 kpts orientable à 90° vers le haut et 45° vers le bas : il est identique à celui de l’A6000 et n’est donc, hélas, toujours pas tactile. Parmi les autres caractéristiques, citons en vrac le WiFi NFC et la possibilité de configurer l’accès par QR Code. Il sera possible ainsi de sauvegarder des fichiers sur PlayMemories Online (cloud sécurisé Sony) et d’acquérir des applications, payantes pour la plupart, via PlayMemories Camera Apps. Le panorama par balayage est bien intégré dans le boîtier, mais il faudra en revanche débourser une dizaine d’euros pour accéder à un intervallomètre.
Le boîtier est toujours alimenté par l’accu NP-FW50. Rechargeable en USB, il est vendu sans chargeur, ce qui est regrettable, d’autant plus que le boîtier ne peut être utilisé lorsqu’il est en charge.

La sortie est prévue pour le mois de mars, au prix de 1 250 € boîtier nu et 1 400 € avec le 16-50 mm.

Sony a dans le même temps annoncé un trio d’optique haut de gamme en monture FE : 24-70 mm f/2,8 ; 70-200 mm f/2,8 et 85 mm f/1,4. Nous reviendrons sur cela dans les heures qui viennent.

- Le site de Sony

Premier avis

Il nous tardait de voir à quoi ressemblerait le successeur de l’A6000, un boîtier abordable, très complet, nient que frustrant sur certains points (absence d’écran tactile, viseur à seulement 1,44 Mpts, pas de prise micro…). Voici donc, deux ans après, l’A6300, qui adopte un nouveau capteur, inaugure un système AF impressionnant sur le papier et filme en 4K et répare quelques errements du précédent modèle. À commencer par l’adoption d’un viseur Oled de 2,36 Mpts, qui s’inscrit plus dans l’air du temps, ainsi que la présence d’une prise pour connecter un micro externe.

En revanche, on s’étonne de l’absence de stabilisation, généralisée sur les A7, ou encore d’un capteur somme toute classique, tandis que l’on a vu des « Stacked Cmos » et un « Cmos BSI » apparaître l’an dernier. Le fait que l’écran LCD ne soit pas tactile est également une déception, mais plus nuancée, puisqu’on s’y est habitué sur les hybrides 24 x 36 de la marque. Mais quand on voit que les trois optiques annoncées simultanément sont dédiées au plein format, on se doit de poser la question : Sony croit-elle encore vraiment à l’APS-C ? L’A6300 s’annonce comme un boîtier polyvalent et performant, dans la lignée de son prédécesseur. Mais à 1 250 € nu, le tarif est presque doublé ! En 2013, l’A6000 a émergé à 650 € nu et 800 € en kit ! À ces prix là, on n’est plus très loin du plein format, et l’A6300 aura fort à faire pour concurrencer les Fujifilm X-T1 ou Olympus Pen-F, mais aussi un Panasonic GH4 dans le domaine de la vidéo.

Fiche technique

  • Capteur : Cmos Exmor APS-C 23,5 x 15,6 mm 24 Mpxl effectif
  • Format : 3/2
  • Protection du boîtier : -
  • Stabilisateur : -
  • Anti-poussière : Vibrations ultrasoniques
  • GPS : Non
  • WiFi : Oui, NFC
  • Définition : 6 000 x 4 000 pixels (3/2), 6 000 x 3 376 pixels (16/9)
  • Vidéo : 4K (3 840 x 2 160p) à 25 im/s, 100 Mbps ; 1080p à 100 im/s, 50 Mbps
  • Sensibilité : Auto, 100 - 51 200 Iso
  • Formats de fichiers : Jpeg, Raw (ARW), Raw + Jpeg
  • Espace de couleurs : sRGB, Adobe RGB
  • Monture : E-Mount
  • Coefficient multiplicateur : 1,5x
  • Mise au point auto. : Détection de phase et de contraste
  • Zones de mise au point : 425 (détection de phase) + 169 (détection de contraste)
  • Illuminateur AF : oui
  • Mise au point  : Auto (déclenchement, continue,prédictive avec suivi), manuelle
  • Mode d’exposition : PASM, modes Scènes, iAuto, Supérieur Auto
  • Mesure de l’exposition : TTL
  • Plage d’exposition : NC
  • Type de mesure : Multizone (1 200), pondérée centrale, ponctuelle
  • Histogramme : Prise de vue, consultation
  • Compensation d’exposition : +/- 5 IL par 1/3 IL ou 1/2 IL
  • Vitesse : 1/4000 à 30 sec, pose B
  • Vitesse de synchro X : 1/160 s
  • Rafale : 11 im/s (expo et AF sur la 1ère photo) ; environ 21 images en Raw ; et 44 en Jpeg ; environ 21 vues en Raw + Jpeg
  • Retardateur : 2 ou 10 s
  • Réglages divers : D-Range Optimizer, AutoHDR, styles créatifs (Standard, Vivid, Portrait, Paysage, Coucher de soleil, N&B), effets spéciaux (Couleur partielle, Couleur POP, Soft High-key, Postérisation N&B ou couleur, Monochrome contraste élevé, Toy camera, Photo rétro, Soft focus, Peinture HDR, Rich-tone monochrome, miniature), corrections optiques, Focus peaking, Zebra
  • Flash intégré : oui
  • Compensation d’exposition au flash : +/-3 IL par 0,3 ou 0,5 IL
  • Visée : Oled, 2,36 Mpts, 100%
  • Moniteur : LCD orientable, 3 pouces/921 kpts
  • Stockage : Memory Stick PRO Duo/PRO-HG Duo/SD/SDHC/SDXC (UHS-I)
  • Connectique : Hi-speed USB, mini HDMI, Wi-Fi
  • Personnalisation : Touches personnalisables (9)
  • Divers : Panorama par balayage, HDR
  • Accessoires fournis : Accu, bandoulière, câble USB
  • Alimentation : Accu Li-Ion NP-FW50 (7,2 V, 1 080 mA/h)
  • Dimensions : 120 x 66,9 x 48,8 mm
  • Poids : 404 g (avec batterie et carte)

Cet article vous a plu ? Notez le et partagez le sur les réseaux sociaux !



Commenter cet article

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Messages

  • 1250 boîtier nu, on aurait du le.proposer à 1300 avec le zoom qui est je crois le plus mauvais zoom jamais testé au monde. Le jour où Sony fera des optiques de meilleur qualité avec un contrôle qualité suffisant, on en reparlera. En attendant rien d’excitant, donc pas étonnant de voir que désormais Sony à cédé la place à olympus dans les chiffres de vente en tete en ce qui concerne les mirrorless. Et attention, on attend avec impatience le nouveau capteur développé par Panasonic et Fuji. Là , Sony peut bien s’accrocher.

  • Au contraire du précédant commentaire , pour ma part j’ai hâte de voir ce petit joujou dans ma besace et de le sortir sur un terrain de foot de L1.... puis de voir la tronche des CaNikonistes.... je sens que e vais bien me marrer !

  • Putain avez-vous vu le prix ?!?! Ils sont complètement tombé sur la tête !

  • @1
    De quel zoom parlez-vous ?
    Certes Sony a sorti de véritables "nanards optiques" mais ils ont progressé ces derniers temps.
    Vous faites l’éloge d’Olympus qui va peut-être devoir changer de monture pour la 3ème fois afin de passer au 24x36.

    Pour ce qui est du fameux capteur Si-org Pana/Fuji, mouais, on en parle...depuis 10 ans !!!
    Ils disent avoir progressé (sensibilité, bruit, global shutter), mais aucune date de commercialisation n’a encore été donnée.
    Et puis, il n’est pas certain que cette technologie surpasse tout ce qu’a fait Sony ces derniers temps (capteurs RS BSI,etc...).
    Donc...wait and see ! ;-)

  • @Fred

    Vous tenez vraiment à passer pour la risée des photographes pros ???
    Non,les capteurs 24x36 sont toujours aussi performants (comprendre le top niveau d’un APN),
    les cadences sont supérieures, et ils font même de la vidéo 4K pour les plus difficiles.
    J’ajoute également que la couverture AF du 1D-X Mk II n’a rien à envier à votre alpha 6300 (DPCA intégré au capteur sur la plus grande partie de sa surface ).
    Non, la grenouille APSC n’est pas encore aussi grosse que le boeuf 24x36 ! ;-)

  • Amusant de voir à quelle vitesse et à la simple sortie d’une fiche technique, soit sans avoir pu faire le moindre essai, certains donneurs de leçons prennent un ton péremptoire pour dénigrer une marque et tenter d’en encenser une autre. Quand "au plus mauvais zoom jamais testé au monde", l’auteur ne l’a sûrement jamais eu en main sinon il ne profèrerait pas de telles inepties...(il ne s’agit sûrement pas du meilleur zoom au monde, mais il est au niveau de ses concurents livrés en kit).
    Ces querelles de chapelles sont lamentables et n’apportent rien de concret. La suffisance s’appuyant sur du vent dénote les hautes facultés intellectuelles de celui qui se ridiculise de la sorte.
    Et quel courage de ne même plus oser signer sa prose. De toute façon il est démasqué, c’est "Le Corbeau" !

  • Hormis la vidéo 4K et l’Autofocus 425 points, il n’a pas grand chose de mieux que mon bon vieux Nex-7, qui avait été lancé aussi dans les 1400€. Avec un 18-55 bien plus agréable à l’usage à mon avis que le 16-50 motorisé (même si la qualité du caillou n’était pas non plus terrible il faut le dire).

  • @6
    L corbeau se base sur des faits. Lisez donc des tests sérieux, ils sont sur le web et sont reconnus pour leur fiabilité. On y lit que Sony a des problèmes de contrôle de qualité entre autres. Donc, jouer l’autruche ne sert à rien. Tout le monde sait - en tout cas les gens avisés - qu’on ne juge pas une marque uniquement sur un appareil mais bien sur un système , et principalement les optiques. Chez Sony, et cela n’est pas un secret non plus, c’est là que le bât blesse. De nouveau, tous les gens sérieux font le même constat. Si des personnes sont susceptibles parce qu’elles mêmes possèdent du Sony, je n’y puis rien. D’autre part, je n’encense pas les autres marques, je constate, faits et chiffres à l’appui, que Sony a cédé sa place de leader en mirrorless à d’autres. À chacun d’interpreter cela mais il y a bien des raisons objectives quelque part.....

  • Monsieur "Le corbeau", est ce que je peux vous demander gentiment où l’on peut trouver ces tests sérieux et reconnus pour leur fiabilité ? :)

  • Bonjour à tous,
    Je suis équipé Canon en SLR, mais pour me promener léger, c’est un RX 100 que j’ai pris.
    Après le vol de celui-ci, j’ai opté pour une Nex 6.
    Je trouve ce boitier super, sauf pour quatre points.
    Les poussières argh
    Le temps au démarrage, deux secondes c’est vraiment trop long...
    La fragilité du zoom motorisé
    Les fois où il me dit que la carte est pleine et me demande après de corriger la chose par une reconstruction de la base... Mon APN est bloqué presque une minute... Et toujours au mauvais moment...
    Dernier point, mais ça, c’est tout Sony… le prix des objectifs. Un 16-70 à F4 à environ 1000 € c’est du délire total, et je serai triste de passer à la concurrence lorsque je changerais de boitier.
    Leur offre tarifaire est trop UP.
    Un APS C trop proche d’un full frame ce n’est pas sérieux...
    Et c’est dommage, car sans cela les NEX, enfin les Alpha sont très bons appareils photo. Pour la vidéo, je n’en fais pas ;)

  • Bonjour,

    Je suis aller voir la conférence Fuji X-pro 2 lundi à Lyon et je peux dire qu’il y a eu une énorme évolution.
    La réactivité de l’appareil est splendide tant au démarrage de l’appareil, qu’ a la mise au point.
    les ingénieurs de Fuji on fait un super boulot.
    ils ont rajouter un joystick bien pratique dédié au collimateur AF.

    Le visueur Hybride est superbe et propose maintenant un réglage de la dioptrie par rapport au X-pro 1
    Autant j’avais détester le EVF du XT1 avec son effet de loupe grossissante, autant celui-là est proche de la perfection.
    Il a un rafraîchissement de 85Hz.

    Bref la fiche technique :
    http://www.fujifilm.com/products/digital_cameras/x/fujifilm_x_pro2/specifications/

    Il est un peux cher mais les optiques équivalentes à 2.8 sont entre 500 et 1000€ de de moins que Sony
    il est en plus tropicaliser
    Shutter mécanique de 1/8000s
    Rafale a 8 images/s sur des séquence de plus d’une vingtaines de vues en raw +jpeg
    En plus le suivie de longue années de l’appareil pour les fujis et les olympus vaut peut être les 500€ de plus

  • @Fabien
    Moi aussi je trouve que l’EOS 1D X Mk II n’a pas grand chose de plus que mon EOS 620 argentique de 1987 :
    Ils ont tout les deux l’autofocus, le même format et acceptent les mêmes optiques !!!

    Non, soyez un peu sérieux dans vos remarques.
    Les nouveaux mirrorless sont lancés pour tenter de séduire une clientèle de plus en plus intéressée par les avantages de ce système et sa fameuse "modernité".
    Jusqu’à présent, la clientèle "canikoniste" s’est montrée réticente vis à vis des mirrorless en pointant ses défauts :
    1-Un EVF de qualité insuffisante (le problème a été réglée depuis le A77 environ)et la parallaxe temporelle qui
    est gênante pour le focus tracking (le problème semble être à peu près satisfaisant aujourd’hui)

    2-La vitesse de l’AF relativement lente par rapport aux systèmes reflex (mais , là encore, les choses progressent...)

    3-Une gamme optique insuffisante (là aussi, les choses progressent)

    4-L’autonomie de la batterie (les fabricants cogitent encore sur la question)

    Amha, l’alpha 6300 réussira la mission qui lui a été confiée car, moi, utilisateur de reflex, je ne vois plus très bien quels sont les handicaps du mirrorless par rapport au reflex hormis l’autonomie.

    Le pourcentage des ventes de mirrorless Vs reflex, qui est aujourd’hui de 25% devrait progresser favorablement avec ce boîtier et quelques autres nouveautés.
    D’ailleurs, Canikon est bien conscient du problème et disent accorder une plus grande importance au mirrorless
    (jusqu’à présent,ils le traitaient avec un "léger" mépris).

    Très honnêtement, je ne suis plus du tout certain de l’avenir du reflex et les mentalités sont en train de basculer,
    aussi bien chez les acteurs du reflex (qui sont les premiers au "parfum" concernant le potentiel des AFs capteurs)
    que les clients "traditionnels".

  • Il y a deux choses importantes sur ce boîtier :

    1-Un AF qui semble avoir remarquablement progressé et qui ne manquera pas de faire l’objet de différents tests comparatifs avec les ténors des reflex APSC (Canon 7D Mk II & Nikon D500).
    Si les tests sont favorables au Sony ou même "très légèrement défavorables", celà va créer une crise de confiance au sein de la clientèle reflex à laquelle Canikon devront répondre TRÈS RAPIDEMENT (D’ailleurs on dit qu’ils ont quelques surprises dans le tiroir d’ici le CP+ et la prochaine Kina).

    2-L’autre avantage, c’est la tolérance des photosites par rapport à l’inclinaison des faisceaux ,qui semble passer (d’après le schéma exposé) de 20º pour la
    génération A6000 à 30º pour ce boîtier.
    Celà devrait avoir deux conséquences :

    - Sony pourra proposer des ultralumineux (f/1.2 voire f/1.0) sans honte car les faisceaux de ces objectifs pourront être pleinement exploités (jusqu’à aujourd’hui la limite théorique se situait à f/2.0 voire f/1.8 ).

    - Celà permettra aussi à Sony de concevoir des objectifs GA /zooms GA plus compacts, légers...et séduisants pour la clientèle 24x36.

    Cette innovation (rempacement des cablages Alu par du cuivre) n’a l’air de rien mais a une importance stratégique bien réelle.

  • @9 et 12
    Les.chiffres de vente sont disponibles partout sur internet.
    Voir aussi www.bythom.com
    J n’ai rien ni contre Sony ni contre les FF. Je possède du FF mais aussi du mirrorless . Ce n’est pas parce que je dis que olympus occupe,la,place en tête des ventes qu’occupait avant Sony que je suppose qu’olympus est supérieur à Sony. Je constate que d’ailleurs les ventes différent selon les continents, ce qui est logique. Je constate aussi qu’éric P qui avant n’aurait jamais cédé même devant la torture si on lui avait demandé de renoncer au DSLR envisage aujourd’hui la possibilité que le mirrorless gagne du terrain à la fois en termes de technologie et de chiffres de vente. Je constate aussi qu’aujourd’hui énormément de professionnels (agence gamma, national geographic) travaillent avec du mirorrless (Fuji, olympus) ET en même temps avec du FF. arrêtez de lire entre les.lignes, je ne dis rien de plus que ce que j’écris. C’est sûr, dans l’absolu le FF est supérieur mais,dans certaines conditions. Il arrive aussi que les FF en DSLR soient inadaptés pour certaines prises de vue, raison pour laquelle les.professionnels adoptent les mirorrless. Quant à Sony, je persiste à dire que sans gamme optique cohérente , performante et bien positionnée en prix, l’avenir de ces apsc Sony est incertain. Olympus, avec un capteur moins performant (dans les iso elevés ) a gagné du terrain parce qu’il offre bien d’autres choses que Sony n’offre pas. C’est une évidence et c’est à chacun de faire la.part des choses et d’evaluer ses propres besoins en comparant objectivement les systèmes existants avec leurs avantages et inconvénients respectifs.

  • @4
    16-50 oss pz testé par Photozone, un des sites les plus fiables du point de vue des tests d’optiques.
    J’ajouterai simplement qu’il est légitime de se poser la question de savoir si c’est intéressant de dépenser mille euros pour un boîtier pour lequel on ne trouvera pas les optiques suffisamment performantes, complementaires ou utiles a ses besoins. Vous êtes dubitatifs ? Citez moi trois optiques excellentes et complementaires a prix "normal" à monter sur le À 6300 , vous ne trouvez pas, ? Moi,non plus .

  • ce n’est que du sony je viens d’acheter un 6d canon et je me retrouve avec un sony alpha d700 un d99 des objectifs aliant du 17mm au 600mm amassées pendant des années qui retrouvent ivendables personne n’en veux sony entretemps à changé de monture à mon humble avis sony sort des appareils que pour montrer leur savoir faire en capteur et les vendrent

  • @4
    Complement d’info
    J viens de m’apercevori que Photozone a aussi publié un test du 16-70 oss beaucoup plus cher (800-900 euros). Je retire ce que j’ai dit à propos du mauvais 16-50 dont personne ne veut et qui équipe en kit le a6000 et le désormais a6300, donc ce 16-70 est encore pire que le 16-50 : d’après Photozone qui a d’ailleurs écrit à Sony afin se clarifier la situation, sony qui n’a evidemment pas repondu, outre les,aberrations chromatiques,le vignettage dépassant 2 il, l’optique ne répond en aucune manière aux exigences minimum de netteté : lisez et vous serez édifiés. Je n’invente rien. C’est consternant et cela ne fait que me conforter dans l’idée qu’il faut aller voir ailleurs si on veut investir dans de l’apsc. Enfin, clin d’oeil à eric p qui a toujours une dent contre olympus, je signale que ce n’est pas triste non
    plus de voir les nombreux changements de baïonnette, de format etc chez Sony à tel point que les revendeurs se sont arrachés les cheveux et qu’ils ne stockent plus que le strict minimum....

  • Photozone serait-il "une bible" au dessus de ce que sont Le Monde de la Photo (avec les tests d’objectifs par JMS) ou son concurrent Chasseur d’Images (16-50 très bien noté et conseillé dans son dernier numéro) ?
    Les utilisateurs de cet objectif (dont certains ont rencontré un problème de décentrement des lentilles sur quelques uns des tous prémiers modèles pris en charge dans le cadre de la garantie) sont-ils de parfaits abrutis se complaisant avec un objectif dont les qualités seraient bien en deçà de ce que propose la concurrence ?
    Je ne sais pas pourquoi un tel acharnement sur une marque qui a dû vous faire terriblement souffrir pour lui en vouloir comme ça !
    Que vous ayez vos raisons personnelles ne nous regarde pas, que ce matériel et son système dans son ensemble ne vous plaise pas ou ne corresponde pas à vos besoins est respectable mais de grâce essayez d’être constructif en allant imposer votre savoir sur des sites où le marériel vous plait mieux ; ce sera plus constructif.

  • Quand je lis les âneries ici de certains franchement...photozone est déjà un site avec des tests farfelus. J’ai fait l’acquisition de plusieurs optiques de marques différentes, certaines encensés étaient bonnes alors que d’autres mauvaises se révélaient être très bonnes. J’ai eu les 16-50 et 16-70, si le premier est moyen bon, le second est très bon et permet des A2 sans soucis. Pour le prix des optiques,pour avoir fait 2ans chez Nikon, c’est pareil,je suis revenu chez Sony avec un a6000 et maintenant un A7 sans regret(j’avais un d800 avant).

  • @18-19
    Photozone et lenstip arrivent,aux mêmes conclusions, c’est bizarre non ?
    Tests JMS , excusez moi d’ecrire cela mais avez vous déjà vu une mauvaise voire tres mauvaise optique dans ses tests ? Non.
    Photozone et lenstip ont tous deux relevé ce qui,constitue le problème majeur
    chez Sony : le contrôle qualité. On peut donc avoir chez eux une bonne optique ou une mauvaise dans une même série avec des écarts plus importants que chez Canonikon.
    Quant à moi, Sony m’indiffere car ils ne répondent pas à ce que j’attends : des optiques plus lumineuses, plus compactes, plus abordables. Regardez le prix du rxIV : largement surfait comme celui du RX10 mark II. Je reconnais que les boîtiers récents sont performants mais de nouveau, à quel prix !!! Un boîtier plus un 24-70 f2,8 = presque 6000 euros. Par rapport à leurs prestations, c’est nettement trop cher. Je comprends que certains ne jurent que par Sony mais dites moi si je peux mettre sur,un a7II un 24 f2 ou un 20 f2,8 décents ? ou un 85 F1.8 au prix du nikon ? La,messe est dite. Quant,aux zooms, il y acquis unanimité chez les testeurs pour conseiller plutôt le plus "mauvais" cad le 28-70 au détriment du 24-70 zeiss beucoup plus cher mais même pas meilleur....ou alors un chouia. Pénible,,Nin ?

  • vous aviez dû bien vendre votre nikon d800 ,moi mon matériel sony c’ est trouvé invendable après l’achat d’un 6d canon pourquoi ! c’est pour ses raisons que je n’ai pas pris un A7, le matériel sony n’est pas plus mauvais que les autres, ont n’est pas des ingénieurs arrêtez de vanter votre matériel ont n’a qu’a faire des photos et les montrer..mon site MAMZ-NATURE.WIX.COM ..un petit mot via contact. ont aime tous la photo c’est le but et notre raison ..
    manz-nature.wix.com

  • @14
    Hem, effectivement !
    Bon, le 10-18/4 est en progrès mais Sony s’oriente vers les optiques FF.
    Par ailleurs, la communication "officieuse" de Sony (SAR...) invite les utilisateurs à emprunter des optiques tierces via une bague d’adaptation.
    Depuis 2 ans ,Sony a commencé à développer une gamme optique FF.
    Le 70-200/4 OSS ne fonctionne pas trop mal et les zooms 24-70/4 OSS & 16-35/4 OSS sont également en progrès.
    Les samples des derniers 24-70/2.8 GM & 85/1.4 sont encourageants, y compris par rapport à ce qu’ils faisaient en monture A. Il faut leur laisser du temps pour développer une gamme optique cohérente et baisser les coûts des boîtiers FF (ils y travaillent certainement).
    Il faut davantage voir dans cet A6300 un démonstrateur technologique plutôt qu’un boîtier "complet".
    Le tarif est effectivement trop élevé (Je disais la mêmechose à propos du NEX7...).

  • @17
    J’ai une dent contre Olympus car ils comparent les soi-disant avantages du MFT par rapport au 24x36...tout en développant le 24x36 en catimini (des brevets ont été aperçus sur Egami/43 rumors).
    J’ai une meilleure opinion d’eux malgré tout car leurs optiques haut de gamme tiennent à peu près la route.
    Ça reste cher dans l’absolu...comme l’ensemble du mirrorless.
    Idem pour Fuji.

  • @Thierry (message 18)
    Photozone est un site assez sévère et pas seulement contre le mirrorless !
    Tout le monde en prend pour son grade !!!
    Si vous prenez le test du Canon 50/1,2 L EF, PZ le massacre sans ménagement.
    Personnellement, je le trouve très bien...à condition de le comparer au 50/1.0 L !
    Il y a à boire et à manger sur PZ mais force est de constater qu’ils ont du retard par rapport à d’autres acteurs du mirrorless (Un responsable de Fuji s’est encore tout récemment gaussé des perfs optiques des objectifs Sony )
    ou Olympus qui a repris la première place des ventes dans ce créneau devant une chute impressionnante de Sony au Japon (ce n’est pas un hasard).

    Sony est parfaitement capable de sortir des nanards optiques contrairement à ce qu’on pourrait croire !
    La raison ? Ils sont pressé par le temps, les équipes ne sont pas suffisamment formés,etc...
    Même Nikon a sorti une optique "déficiente" tout récemment (Le 24-70/2.8 AFS VR, qui fait d’ailleurs ricaner la maison d’en face !).
    La différence aujourd’hui, c’est que Sony a le dos au mur et cherche à redorer son blason avec ses derniers GM.
    Les premiers samples sont encourageants pour le 24-70/2.8 mais les tests officiels nous en diront plus ...

  • @Toons56
    Farfelu Photozone ? Non, je ne pense pas car, dans ce cas, les fabricants seraient en droit de demander le retrait du test
    (test diffamatoire !!!). Par ailleurs, photozone dit tester plusieurs exemplaires quand le premier est "mauvais" (c’est le cas par exemple du 24-70/2.8 L EF Canon.).

  • Superbe pédigré. Je vais donc reporter mon intention d’achat d’A7R2, pour permettre à SONY d’y intégrer cet AF de course, et de fournir une qualité au top en 4K full-frame.

  • Entre les objectifs pourris (d’après le corbeau, il est impossible de trouver 3 bons objectifs monture E-APSC tels les 24, 35 et 50mm...), les ventes qui s’écroulent, et du matériel qu’on ne peut pas revendre !!! Il faut vraiment être con ou maso pour acheter du Sony ? C’est moi qui vous le dis et je m’y connais !
    D’ailleurs, il est bien avéré que c’est une marque qui innove peu, qui est incapable de rupture technologique et que (par exemple) sa production mirorless FF n’arrive pas à la cheville de tous ses concurrents...
    Il est d’ailleurs surprenant que personne n’ait encore dit que ce n’était qu’un vulgaire électronicien donc un incapable en optique...et comment faire une photo avec un tel matériel ? *

    Mais au fait, est-ce "le procès à charge de Sony " qui est le propos de cet article ou bien l’intérêt de la nouveauté A6300 ?
    Recentrer le débat éviterait les dérives auxquelles certains s’amusent (pas toujours très finement d’ailleurs), mais qui n’apportent strictement rien d’intéressant à ce fil de discussion.

    * la réponse se trouve dans l’ouvrage « Sony pour les nuls »

  • c’est bien beau de sortir des appareils photos mais il faut quand même pensée aux photographes qui dépensent des milliers d’euros pour les achetés et quand ils ne trouvent pas des objectifs dont ils ont besion au niveau de la qualitée et que le matériel de la marque se retrouve invendable ils profitent de l’occasion pour crier son ras-bol c’est humain,sans oublier le débat il n’y a pas de procès sony..c’est pour les obligés à faire des efforts vis à vis de la clientèle .

  • Contrairement à ce qui est dit dans l’article, il est possible de prendre des photos quand celui-ci est alimenté avec une batterie extérieure comme sur l’A7R II.
    "Alimentation via USB
    L’appareil photo allumé peut être alimenté par un ordinateur de bureau ou une batterie de secours via une connexion USB. Cela permet de préserver la batterie de l’appareil photo et de prolonger ainsi la durée d’utilisation de l’appareil photo avant que la batterie ne soit faible. Lorsque l’appareil photo est éteint, la batterie peut être chargée de la même manière."

  • À 500€, zoom compris, je préfère mon Samsung NX500 !!

  • Ne vous énervez pas, les gars !! Faites le tri dans les réponses qui, souvent, sont faites par des personnes qui sont "photographes" comme moi je suis ..... " évêque" (avec un accent circonflexe) !!!!!!

  • Utilisateurs du 6000 en supplément d’autres matériels lors de reportages vidéo sur le vif dans des conditions difficiles où l’équipement est soumis à des risques, nous avons un certain point de vue fondé sur ce modèle : compacité et solidité, l’optique 16 50 présente l’avantage là aussi d’une extrème compacité..quant à sa qualité, sans etre exceptionnelle,les rushes vidéo s’insèrent tout à fait au niveau de la plupart des équivalents sur des boitiers aps-c 8b 4.2.0.. Ceux qui suivent les tests sérieux ont pu trouver un test très critique mais qui avait rapidement rectifié son appréciation, évoquant une probable irrégularité de fabrication sur le modèle testé.
    Une forte critique cependant : ce minuscule bouton de déclenchement vidéo, dur, et à la course trop réduite, est exaspérant de par sa non fiabilité. Et Sony l’impose sur tous ses boitiers 6/6000/ Alpha 7..sans y remédier . ??
    Un boitier tel que l’Alpha 7SII est pourtant dédié Vidéo..
    Quand verra-t-on le règlement de ce problème ?

  • EN réponse au commentaire n° 15, je lui propose d’essayer le très bon zeiss sonnar E 24mm f1,8(que l’on peut trouver à 650 euros) et le presque aussi bon sony 50mm f 1,8 (beaucoup moins cher)
    j’ai ces deux objectifs en complément du zoom 16/50 : évidemment le zeiss est meilleur en qualité optique le contraire eut été étonnant...il a une meilleure ouverture aussi... mais si le 16/50 ultra compact devenait un objectif zeiss...il couterait beaucoup plus cher(comme le 16/70 F4)et serait plus gros. Or le 16/50 est cependant loin d’être ridicule en comparaison ,du moins quand on veut bien se donner la peine de faire des photos au lieu de passer son temps à faire des tests dans les coins d’objectifs .
    bien cordialement

  • Bonjour à tous.
    Je vous signale que, pour ceux qui possèdent un Sony A6000 ou un Sony A6300 ou qui envisagent son achat, qu’il existe maintenant une traduction en Français de l’excellent livre de Gary Friedman :
    "Le guide Friedman Archives du Sony Alpha 6300".
    Ce document PDF de plus de 600 pages vous permettra soit, de tirer le meilleur parti de ces merveilleux boitiers, soit, si vous penser l’acquérir, de vous en faire une opinion préalable très précise.
    Vous pouvez acquérir ce PDF richement illustré ici :
    http://friedmanarchives.com/a6300/index-fr.htm

  • Bref...
    Moi, j’ai un iPhone et je fais aussi de la photo. Et j’ai pas besoin de PC et de logiciels comme Lightroom pour traiter mes images : les applications sont là et le font aussi bien.