Tout savoir pour réaliser, optimiser et diffuser ses photos

1.Introduction

17/04/2007 | Volker Gilbert

La société française DxO Labs a été fondée en 1995 par des mathématiciens de haut vol et réputés dans leur domaine. Spécialisée dans l’analyse et le traitement de l’image numérique, cette société s’est fait remarquer dans le monde de la photographie avec la commercialisation du logiciel DxO Analyser, rapidement reconnu par la presse spécialisée et adopté par de nombreux fabricants pour mesurer la qualité technique des appareils numériques. Le logiciel DxO Optics Pro, lui, se base sur des mesures établies par DxO Analyser pour corriger automatiquement les défauts inhérents à un système optoélectronique composé d’un boîtier numérique et de son objectif.
Photo prise avec un Canon 1DS, EF 4/17-40 mm L USM, correction du vignetage, de la distorsion et de la perspective avec DxO 4.

Photo prise avec un Canon 1DS, EF 4/17-40 mm L USM, correction du vignetage, de la distorsion et de la perspective avec DxO 4.

DxO Optics Pro en est à sa quatrième génération et traite dorénavant des fichiers RAW issus de nombreux appareils. Depuis la sortie de la version 3.5, le logiciel existe dans trois versions, Elite, Standard et Starter, qui diffèrent par le nombre et type d’appareils gérés. Elite prend en compte les boîtiers professionnels en plus des appareils experts et Starter est dédié aux bridges. Chaque logiciel est constitué de plusieurs modules :

• DxO Correction Engine : c’est le cœur de l’application qui contrôle les corrections optiques, le traitement par lot ainsi que l’interface utilisateur.

• DxO Raw Engine : composant permettant à DxO Optics Pro le traitement des fichiers bruts et leur conversion vers un format d’image « universel »

• DxO Camera Body Correction Modules : modules tenant compte des particularités du boîtier (taille du capteur, nombre de pixels, présence d’un filtre AA – anti-aliasing – ou de microlentilles)

• DxO Optics Engine : module qui contient les données nécessaires pour corriger les défauts optiques de l’objectif utilisé (chaque objectif nécessite donc son propre module). La quatrième version du logiciel étend les fonctionnalités de ce module grâce à une correction d’ajustement de l’horizon, de la perspective et une nouvelle fonction visant à corriger l’anamorphose de volume, déformation qui affecte surtout les objectifs très grands-angles.

• DxO Noise Engine vise à diminuer le bruit d’une manière très efficace. Selon l’éditeur, vous pouvez gagner l’équivalent de deux diaphragmes au niveau du gain, bruit électronique très visible en haute sensibilité ISO. Une fois traitée, une image prise à 1 600 ISO devrait donc présenter un niveau de bruit équivalent à celui d’une image à 400 ISO non traitée. Le résultat est en effet assez probant : le bruit diminue sans que vous perdiez pour autant les détails dans l’image. La qualité de l’algorithme DxO est comparable à celle des algorithmes employés par les outils les plus poussés pour le traitement du bruit : Noise Ninja et Neat Image.

• DxO Lighting Engine, lui, éclaircit les basses lumières de l’image pour optimiser localement son exposition et sa gamme dynamique. Le fonctionnement de la Lighting Engine est comparable à celui des outils D-Lighting de Nikon Capture et Tons foncés/Tons clairs de Photoshop CS et CS2.

Cet article vous a plu ? Notez le et partagez le sur les réseaux sociaux !



Commenter cet article

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.