Tout savoir pour réaliser, optimiser et diffuser ses photos

Corel AfterShot Pro prend en charge les Fujifilm X-trans

21/10/2014 | Franck Mée

Corel a publié discrètement la version 2.1 d’AfterShot Pro. Outre les améliorations habituelles et le module HDR pour tous, celle-ci apporte pourtant une nouveauté notable : elle prend en charge les appareils à matrice X-Trans de Fujifilm.

Si Lightroom est assez omniprésent, il n’est pas le seul catalogueur-dématriceur du marché ; l’arrêt récent de Apple Aperture a même été une bonne occasion pour certains concurrents de rappeler leur existence à travers des opérations spécifiques. Chez Corel, le logiciel équivalent est AfterShot, proposé à 22,99 € en version standard et à 49,99 € en version Pro (avec la gestion de plusieurs catalogues, un plus grand nombre de calques simultanés et le support du HDR notamment).

Cette application multiplateforme vient de passer discrètement en version 2.1. Celle-ci apporte logiquement son lot de corrections de bugs et d’améliorations de détails. Les version Mac et Linux accueillent également le module de développement de fichiers HDR, précédemment limité à la version Windows.

JPEG - 62.3 ko
Le module HDR fait son apparition également sous Mac et Linux – attention, réorienter l’image se fait après l’édition…

Mais la vraie nouveauté, c’est qu’AfterShot permet enfin de gérer des boîtiers reposant sur une autre structure que la matrice de Bayer. C’est logiquement sur les Fujifilm X-Trans qu’a porté l’effort : ce sont toujours des capteurs à matrice (au contraire des Sigma Foveon, qui séparent les couleurs verticalement et qui ne sont que très rarement gerés hors du logiciel Sigma Photo Pro), mais celle-ci est plus complexe, permettant en principe de mieux contrôler l’apparition du moiré.

Développement complexe

Ça n’a l’air de rien, mais la modification de la structure du capteur a énormément compliqué le dématriçage, la position relative des informations colorées variant pixel par pixel – alors que dans la matrice de Bayer, si l’on est sur un photosite rouge, on sait qu’il y a une information verte sur chaque photosite mitoyen et une bleue sur chaque diagonale. Cela explique pourquoi les éditeurs de dématriceurs ont dû s’adapter, après plusieurs mois de développement.

Corel a tout de même pris son temps : Adobe gère les X-Trans depuis Lightroom 4.1 (sorti en 2012), Apple les a ajoutés à Camera Raw Utility 4.05 (2013), même PhaseOne s’y est mis avec Capture One Pro 7.

C’est donc à un gros manque de son logiciel que Corel s’est attaqué. Nous étions curieux de voir la qualité du résultat ; nous avons donc développé un fichier brut de Fujifilm X-M1, pris au hasard dans son dossier. Nous n’avons pas eu à chercher loin : les bordures de volets et les rambardes métalliques, sujets très contrastés aux structures assez fines, ont immédiatement permis de voir les limites de l’algorithme utilisé, qui donne des artefacts de dématriçage très visibles sur les structures les plus fines.

Le dématriçage des X-Trans est un défi complexe et il est notable qu’aujourd’hui encore, Silkypix et Fujifilm (qui ont travaillé ensemble dès la conception du X-Pro1) fournissent des Jpeg d’origine de très haute qualité (à gauche) et que les autres logiciels ne font guère mieux (au centre, Adobe Lightroom).

Néanmoins, ce résultat est franchement décevant. Nous apprécions bien entendu que Corel s’intéresse aux Fujifilm – qui profitent d’une belle popularité chez les acheteurs d’hybrides – mais nous encourageons surtout le Canadien à remettre son ouvrage sur le métier pour nous proposer rapidement une nouvelle version plus performante. En l’état, le support des X-Trans est un pas symbolique, plus que la nouveauté utilisable attendue.

- Le site de Corel AfterShot

Cet article vous a plu ? Notez le et partagez le sur les réseaux sociaux !



Commenter cet article

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Messages

  • Bonjour,
    Vous oubliez de mentionner Iridient parmi les logiciels adaptés au développement des fichiers X-Trans.

    Iridient donne d’excellents résultats, un peu meilleurs que Lightroom, mais il est plus lent. Personnellement, je développe les fichiers raw dans Iridient, puis passe à Lightroom pour le reste des réglages.

  • Le résultat n’est visiblement pas super. Disons que Corel a voulu aller un, peu trop vite. Retard oblige peut-être !!.
    Parce que la beta de la version 2.1 a été mis à disposition le 25 septembre, la version finale mise en ligne le 14 octobre. C’est un peu court. Surtout vu le nombre de bugs à corriger. Notamment avec le nouveau Denoiser d’Authentec, qui remplace Noise Ninja (Denoiser absolument génial), qui a donné chez moi, des résultats absolument lamentables (dans la version 2.0). Non seulement le bruit numérique n’était pas supprimé ou au moins atténué, mais en plus je me suis retrouvé sur mes images (Raw Nef et Raw Pef)avec un effet de dallage. Pareil avec le contraste local.
    La complexité du dématriçage n’est pas forcement liée à la position des pixels sur la matrice de Bayer, mais aussi à la compression des fichiers Raw ( donc finalement qui ne sont pas si brute que ça) qu’utilisent les constructeurs d’APN sur laquelle ils ne communiquent pas, juste histoire de simplifier le boulot des développeurs. Il me semble que Dave Coffin a mis 3 ans pour écrire et publier DCRaw, petit logiciel avec lequel fonctionnent un paquet d’autres logiciels, notamment LR ou ACDSee.
    Quoi qu’il en soit, publier des logiciels pas trop au point, c’est peu dommage, parce que en dehors de ça, Aftershot est un bon logiciel avec lequel, en version 1, ( j’attends qu’ils aient fixé suffisamment de bugs pour acheter la version 2) je traite des images de D90 et K5, et avec lequel je « m’éclate vraiment ».

  • IL y a du travail encore à fournir c’est sur, mais il est toujours bon d’avoir des alternatives, surtout quand on est Linuxien.

    Personnellement, j’utilise avec mes RAW fuji X-trans le logiciel Lightzone qui prend en charge les RAW X-trans depuis quelques temps dans ses versions béta et ce n’est pas mal du tout.

    Il faut aussi être conscient que Lightroom applique un filtre par défaut pour amoindrir les artefacts, rendant l’image moins nette que d’autres dématriceurs.