Tout savoir pour réaliser, optimiser et diffuser ses photos

Nikon D3300 : je suis prévisible

07/01/2014 | Franck Mée

Nikon présente son nouveau reflex d’entrée de gamme, le D3300. Il s’agit en fait d’une mise à jour du précédent D3200, avec un nouveau processeur et sans filtre passe-bas, et la principale nouveauté sera un nouveau 18-55 mm de kit plus compact.

Présentation

Au printemps 2012, Nikon jetait un pavé dans la mare des reflex d’entrée de gamme avec le D3200. Celui-ci était le premier à ce niveau de prix à proposer un capteur 24 Mpxl : seul Sony avait un capteur de cette définition au format APS, mais il l’avait réservé aux haut de gamme. Deux ans plus tard, il n’y a pas de capteur plus défini à ce format sur le marché ; c’est donc logiquement que le D3300 conserve cette définition.

Afin de présenter tout de même une nouveauté, Nikon a pris le parti d’adopter cette fois le capteur du D7100, dépourvu de filtre passe-bas. Les utilisateurs d’optiques haut de gamme pourraient donc gagner un peu en piqué, au risque de voir du moiré ; les utilisateurs d’objectifs de kit, infiniment plus nombreux à ce niveau de gamme, ne devraient pas noter de différence.

En dehors de cela, le D3300 change de processeur, passant au plus moderne Expeed 4. Celui-ci permet de gagner un peu en sensibilité (12 800 Iso en plage normale, extension à 25 600 Iso) et en réactivité (rafale à 5 images par seconde) et, surtout, permet de gérer la vidéo 1080p à 60 images par seconde.

Nikon aimant s’arrêter au milieu du gué, la vidéo reste pourtant limitée : le micro intégré reste monophonique (il est toujours possible de brancher un micro stéréo externe, mais les utilisateurs de reflex d’entrée de gamme goûtent peu l’achat de compléments). Ce n’est pas la seule petite frustration : le Wi-Fi, intégré sur le D5300, n’est pas du voyage (il faut toujours passer par l’adaptateur optionnel)…

On apprécie en revanche le nouveau viseur, qui passe de 0,8x à 0,85x : il s’approche ainsi fortement de l’ennemi désigné (les EOS 100D et 700D partagent un viseur 0,87x) et à l’œil, le gain de confort est notable. S’il reste loin du D7100, le D3300 reçoit même le meilleur viseur de tous les Nikon grand public, devant le D5300 !

Globalement, le D3300 est donc un reflex plutôt conservateur, dont la principale nouveauté outre le viseur est le 18-55 mm G II VR rétractable, qui l’accompagnera en kit pour 629 € (disponible en février).

Notons en passant que Nikon a également confirmé que le D4 aurait un successeur, baptisé D4s, sans apporter aucune précision utile.

- Le site de Nikon

Nikkor 18-55 mm

Le D3300 sera le premier reflex Nikon accompagné d’un objectif rétractable. Celui-ci, baptisé Nikkor AF-S 18-55 mm f/3,5-5,6G VR II, reprend fidèlement les spécifications du précédent 18-55 mm stabilisé de la marque, à un détail près : il est rétractable, comme les objectifs des hybrides Nikon 1. Cela permet de gagner 2 cm de longueur en position repliée (l’objectif ne fait alors que 66 x 60 mm), la bague de mise au point étant alors télescopée dans le fût de la bague de zoom.

Il devrait être disponible seul pour 219 €, mais sera avant tout l’objectif de kit des prochains reflex Nikon.

Fiche technique

  • Capteur : Cmos aps, 24 Mpxl, format 3/2
  • Protection du boîtier : -
  • Stabilisateur : -
  • Antipoussière : Oui
  • Wi-Fi, GPS : Via adaptateur WU-1a optionnel
  • Définition maximale : [3/2] 6000 x 4000 pxl [pano] 1632 x 9600 pxl
  • Vidéo : 1080p (24, 25, 30, 50 ou 60 im/s, H.264), son mono
  • Sensibilité : Auto, 100 - 12 800 Iso (extension à 25 600 Iso)
  • Formats de fichiers : Jpeg, Raw, Raw + Jpeg, Mov
  • Monture : Nikkor F sans moteur
  • Mise au point : Détection de phase sur 11 zones (1 en croix) avec choix auto ou manuelle ; détection de contraste en visée LCD avec détection de visages, suivi 3D
  • Mode d’exposition : PSAM, scènes (6), auto, sans flash, filtres, guide
  • Type de mesure : Matricielle 3D II sur 420 zones, pondérée centrale, moyenne, ponctuelle
  • Vitesses : 1/4 000 à 30 s, synchro X 1/200 s
  • Rafales : 5 im/s
  • Balance des blancs : Auto, préréglée, manuelle
  • Flash intégré : NG NC
  • Visée : Reflex optique par pentamiroir (95 %), grossissement 0,85x
  • Moniteur : LCD 3 pouces / 921 kpts
  • Stockage : SD - SDXC
  • Interfaces : USB/AV, HDMI, Microphone, Wi-Fi, griffe flash TTL
  • Alimentation : Accu Li-Ion EN-EL14a
  • Dimensions : 124 x 98 x 75,5 mm
  • Poids : 460 g (avec accu et SD)

Cet article vous a plu ? Notez le et partagez le sur les réseaux sociaux !



Commenter cet article

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Messages

  • @Franck Mée
    Nikon a mis en ligne les datas techniques de ce nouveau boîtier.
    On peut dire qu’ils suivent en partie Canon sur la réduction du poids.
    Ainsi, celui du D3300 perd 45g (455 g=>410g à sec) par rapport au D3200.
    Le retrait du filtre AA a du bon ! ;-)

  • Que deviendrions nous si Canon n’existait pas ?!?!?!?!

  • Il n’y a pas que le d3300 qui est prévisible..... Les commentaires d’ericP le sont aussi. La réflexion sur le poids est d’un comique ! Elle est de la meme veine que la réflexion sur le.vilain Fuji qui a "osé" copier Canon en sortant une optique ouvrant à F1.2
    Pour moi, l’intérêt de cet article (car tout le monde savait depuis des mois que le d3300 allait sortir) , ce sont les dernières lignes : le d4s.

  • Que voulez-vous que je vous dise ?
    C’est Canon qui innove...et la concurrence suit comme elle peut !
    Ne vous inquiétez pas : Si Nikon sort un produit original
    (et pas un gadget, hein !)
    je serai le premier à les féliciter !
    Ça fait longtemps qu’on n’a pas vu un produit original chez Nikon ;
    généralement, ils se contentent de cloner des produits Canon ....avec quelques années de retard !

  • eric-p "Que voulez-vous que je vous dise ?"

    R I E N

  • C’est un appareil de routine, point barre. Idem pour la série des d5xxx, et il en sera de même pour les suivants.
    C’est juste que d’un point de vue marketing, appeler ce D3300 un D3200s, ça faisait moyen vu la cible, même pour une légère mise à jour. Mais pas de quoi en faire fromage, ni en bien ni en mal.

    Sinon à la limite, si on suit cette logique peu évolutionniste (et les rumeurs bien connues de tous), le futur D4s aurait presque mérité de s’appeler D5 ^^

  • C’est un reflex "entrée de gamme" de haut niveau malgré tout.
    La concurrence du mirrorless est là malgré tout et Nikon fait le maximum
    pour ne pas subir une érosion de sa clientèle reflex.
    Le gain des 45g gagné semble insignifiant pour la plupart des lecteurs mais il y a gros à parier que les ingénieurs ont pas mal cogité pour aller les chercher. Le but ultime étant de ramener le poids du reflex numérique au niveau des reflex argentique entrée de gamme.
    C’était impensable il y a 10-15 ans.
    Pour donner une idée du résultat obtenu, Olympus proposait
    un reflex 4/3 (E-410) pour un poids global (B+C) de 435g...mais avec un capteur 35% plus petit (surface).
    Le poids d’un mirrorless comme l’OMD-EM5 est de 425g.

    Les efforts de Nikon sur le gain de poids redonnent donc des arguments aux commerciaux pour mieux contrer l’offensive mirrorless, en particulier au Japon voire en asie.

  • Toujours les mêmes commentaires sans intérêt.

  • Message 4

    Nikon se fout royalement de vos félicitations et de votre avis.

  • es : Toujours les mêmes commentaires sans intérêt.

    En tout cas, merci de cette contribution hautement utile !

  • « "Aussi utile que la vôtre, en tous cas." »

    Je vous en prie :-)
    Il est évident que face à la ribambelle de trolls monophrasés (enfin pour les rares fois où un verbe est présent) façon nt-mn-es-to, et dont vous faites partie (à moins que vous n’en soyez tous l’auteur, parce que pour ça c’est fort pratique l’anonymat), je ne fais pas le poids au ratio argumentation/intérêt.

    Au passage, je note que ce site n’évolue toujours pas quant à sa politique de login et de modération. Il est toujours possible pour les boutes-en-train qui croient dur comme fer qu’ils ont un réel sens de l’humour et de la répartie (mais dont on doute parfois/souvent de l’intérêt photographique), de le faire sans jamais avoir à assumer leur identité, et sans que personne ne leur dise quoi que ce soit.

  • je trouve cet article peu interessant. d’ailleurs je l’ai lu à moitié. bonne journée.