Tout savoir pour réaliser, optimiser et diffuser ses photos

5 Sigma 18-35 mm f/1,8 DC HSM Art, Verdict

07/08/2013 | Jean-Marie Sépulchre

Fabrication 8,5/10

La finition est flatteuse et la construction très sérieuse avec du métal, un nouveau matériau composites et des verres spéciaux. Il manque juste un petit joint d’étanchéité sur la baïonnette.

Ergonomie 8/10

Le maniement est simple et agréable avec une bague de zooming assez ferme et un autofocus silencieux. On prendra cependant garde à ce que la mise au point soit parfaite à pleine ouverture.

Qualité optique 8,5/10

Le piqué est toujours excellent en zone centrale dès f/1,8 ce qui est en soi un exploit certaines focales fixes de même ouverture mais de conception ancienne n’y parvenant guère. On note une optimisation pour les grandes ouvertures et on évitera les f/11 et f/16 conseillés sur les zooms grand public de même focale. Ni vignetage ni franges chromatiques ne sont gênantes, on pourra corriger la distorsion à 35 mm.

Qualité/Prix 9/10

Même s’il semble élevé dans l’absolu pour un zoom de ces focales, le prix n’a rien d’excessif compte tenu des caractéristiques uniques de l’objectif et des hautes performances assurées aux grandes ouvertures.

Note globale 8,6/10

Les +

- Record du monde de luminosité pour un zoom standard
- Piqué élevé dès la pleine ouverture
- Belle qualité de construction et prix attractif

Les –

- Variation de focale un peu serrée
- Pas de joint sur la baïonnette
- Nécessité de faire très attention à la mise au point aux grandes ouvertures

Cet article vous a plu ? Notez le et partagez le sur les réseaux sociaux !



Commenter cet article

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Messages

  • Ce zoom est vraiment impressionant de qualité, bien que d’un usage un poil exclusif, compte tenu qu’il n’y a pas de focale téléobjectif.
    Sur un boitier Nikon, les focales équivalentes doivent être de 25-50 mm, ce qui est déjà plus polyvalent en GA et la grande ouverture ouvre la porte des photos de nuit ou de spectacle.
    Du temps de l’argentique, j’ai eu pendant des années un zoom Nikon 24-50 f3.5/4.5 qui couvrait 2/3 de mes besoins ... mais avec une ouverture de f/1.8 cela ajoute facilement 10% de plus.

    Vraiment très dommage pour l’absence de joint d’étanchéîté sur la baionette, tous mes derniers objectifs en sont équipés !

    Cette réalisation tombe à pic pour "titiller" Canon et Nikon et les pousser à ne pas se reposer sur leurs lauriers, ni à augmenter exagéremment les prix :-) .
    Bravo Sigma !

    • Je suis assez d’accord avec vous sauf sur un point : cette op tique ne va pas titiller nikon. pourquoi ? Et bien parce que nikon ne fabrique pas d’objectifs lumineux (sauf le gros 17-55) pour le format apsc, il reserve ces produits pour le full frame, là où l’acheteur potentiel pourra délier les cordons de la bourse sans sourciller.
      Sigma a nettement amélioré la qualité de ses produits mais je reste sceptique sur la fiabilité à long terme. Je l’ai déjà ecrit : ce n’est pas parce que extérieurement, l’objectif a l’air bien costruit, qu’il l’est vraiment. Le poids n’est pas non plus un indice, certaines optiques "légères" résistent parfois beaucoup mieux que de gros tromblons. C’est la qualité du matériau utilisé et celle de l’assemblage qui comptent. Il n’y a qu’une firme qui peut nous donner quelques elements a ce propos, c’est Lens rental aux USA qui en louant des objectifs sont confrontés a la viabilité des optiques. Ceux ci ont cependant reconnu que sigma avait progressé. Ils sont dans la bonne voie mais n’oublions pas que pour moins cher qu’un sigma neuf, on peut avoir une très bonne occasion en marque d’origine. Cela a toujours ete mon choix, tout simplement parce que je veux éviter le jeu du renvoi de balles en cas de problèmes.

    • Justement, les dernières statistiques de chez LensRentals (ainsi que les articles de Roger Cicala démontant des Sigma) montrent deux tendances :
      1 - Le net gain de fiabilité chez Sigma.
      2 - Le surcoût des réparations chez Nikon.

      Alors que je trimbale depuis 30+ ans des Nikkor Ai sans problèmes, la fiabilité à long terme des Nikkor AF-D et AF-S n’est pas tellement reluisante. SI une réparation à 3-400 euros pour un 70-200mm V.II peut se justifier, le même tarif pour un AF-D 85/1.8 ou AF-D 24/2.8 est insoutenable.
      Dans le registre DX, c’est encore pire.

      Donc, un Sigma 18-35/1.8 bénéficiant de 4 ans de garantie et pouvant être remis en état pour 150-200 euros me semble une bonne affaire, surtout au vu de ses performances, par rapport à un Nikkor d’occasion, vieux de quelques années, et dont la réparation peut coûter jusqu’à l’équivalent du prix d’occasion.

      Il y a beaucoup à revoir chez Nikon, et depuis un bon moment déjà.

  • Deux regrets... Seulement :
    - 1 : Pas de joint d’étanchéité. A l’heure actuelle, vu le prix d’un joint, tous les objectifs un peu "sérieux" devraient en être équipés.
    - 2 : Objectif sorti un peu tard... Dommage, ayant acquis un Nikon D 800 il y a quelques mois, et ayant encore mon Nikon D2x, je regrette cette sortie tardive car j’aurai sans aucun doute acheté cet objectif très lumineux dont la plage de focale, même si elle est un peu étroite, aurait couvert beaucoup de mes besoins. Le nouveau Tamron SP 24-70 mm f/2,8 Di VC USD sur le D800 (et en format 24 x 36) le remplace et ce avec d’excellentes qualités de construction et optique.

    Concernant la durée de vie des objectifs Sigma, je m’interroge toujours sur la longévité des lentilles moulées. Ayant eu par le passé un 18-35 de cette marque, il n’a pas trop apprécié sa vie en Nouvelle-Calédonie et a vu deux de ses lentilles être totalement recouvertes comme une cataracte, le rendant bon pour la poubelle. Aujourd’hui tout mon matériel est entreposé dans une armoire à humidité régulée, mais quid de la fiabilité de ces lentilles sur le long terme ?

    J’ai eu par le passé un 17-50 f 2,8 , un 18-35 , un 24-70 f 2,8 et aucun n’a eu une fiabilité sur le moyen et long terme pouvant servir de référence. J’ai eu droit à un fût se dévissant sur le 24-70 et un soucis de perte de contacts interne à l’objectif par forte chaleur (enfin, 30 °) sur un autre.

    Je veux encore croire en cette marque qui progresse réellement et sort des objectifs innovants, celui-ci et le 120-300 par exemple.
    J’émets des réserves sur la fiabilité qui, si elle était plus élevée, concourrait à rendre ces objectifs attractifs et plus faciles à la revente. J’hésiterai beaucoup moins à investir des centaines, voire milliers d’euros, dans des objectifs aux qualités certaines (mécanique et optique) reconnues.

    Sigma, c’est très bien ce que vous sortez en ce moment, mais montrez-moi que je peux investir chez vous les yeux fermés (je sais, paradoxal pour un photographe). ;-)