Tout savoir pour réaliser, optimiser et diffuser ses photos

Sony Alpha 350 + SAL DT 18-70 mm f/3,5-5,6

22/12/2008 | Jean-Marie Sépulchre
Caractéristiques :
-  formule optique :11 lentilles en 9 groupes
-  distance minimale de mise au point : 38 cm
-  filtre : 55 mm
-  motorisation : non, AF commandé mécaniquement par le boîtier
-  stabilisateur : non, boîtier stabilisé
-  dimensions : 66 × 77 mm
-  poids : 220 g
-  accessoires : bouchons, parasoleil
-  fabriqué en Chine


1.Le piqué


Toutes les mesures ont été effectuées selon la procédure décrite depuis le début des essais publiés par Le monde de la photo.com en photographiant une mire avec le système DxO Alalyzer. Les notes de piqué de ce couple boîtier objectif sont données pour le format A3, en détaillant quatre zones :
-  le centre de l’image
-  les lignes des tiers qui bordent la zone centrale
-  les bords de l’image
-  les angles de l’image

Les histogrammes détaillent ces mesures par focale et par diaphragme et la carte de piqué les résument de façon synthétique.

- 18 mm


- 25 mm


- 40 mm


- 70 mm


Au cours du test, la mise au point a été assez malaisée, l’autofocus cherchant longtemps le point, et le petit viseur n’aide pas à apprécier s’il a bien rempli son office. Or la mise est point finale a été bonne, puisque le piqué est vraiment excellent au centre à toutes les ouvertures de 18 à 40 mm, et reste très bon à 70 mm. Par contre la netteté se dégrade dans les autres zones de l’image, notamment à 18 et 25 mm. A cette focale, les angles sont vraiment faibles à tous les diaphragmes, on verra que ce défaut est lié à l’aberration chromatique. Le rendement moyen est meilleur à 40 mm, mais à la focale la plus longue si presque tout le champ est très bon à f/11, les angles restent très moyens. Enfin, compte tenu de la très faible taille des photosites, la diffraction est très importante à f/16 en grand angle. Au total, si le rendement en reportage semble correct, il est insuffisant en paysage pour obtenir le haut niveau de netteté que permet le capteur.


2. Les défauts optiques


Le vignetage est limité avec 0,7 IL à 18 mm, 0,2 IL à 25 mm, 0,1 IL à 40 mm 70 mm, ce qui est tout autant excellent qu’avec l’A350.

La distorsion est similaire à celle constatée avec l’A200, avec de bonnes mesures comme 0,9 % à 18 mm, 0,5 % à 25 mm, ce qui est bon et 0,1 % à 40 mm et – 0,1% à 70 mm ce qui est excellent.



L’aberration chromatique est mesurée en pixels, une valeur supérieure à 1,5 peut implique que la frange sera visible, et au delà de 2,5 le résultat est mauvais. Les très petits photosites favorisent la diffusion de l’aberration chromatique sur de plus grandes surfaces, et les valeurs atteintes sont vraiment trop élevées avec 3,9 pixels à 18 mm et même 4,6 pixels à 25 mm, le défaut envahissant une grande partie du champ et expliquant les mauvaises notes de piqué dans les bords et les angles. A 40 mm les franges atteignent encore 3 pixels à f/11, mais sur un seul bord ce qui révèle un décentrage de l’optique. A 70 mm le décentrage affecte l’autre bord, mais la valeur mesurée de 1,5 pixel est nettement plus modérée.

Ouverture / Focale 18 mm 25 mm 40 mm 70 mm
f/3.5 3,5 - - -
f/4/4+ 3,5 3,3 - -
f/5.6 3,6 3,7 2 1,5
f/8 3,8 4,4 2,5 1,5
f/11 3,8 4,6 2,9 1,5
f/16 3,9 4,7 3 1,6


3. Notre verdict :



Les mesures du 18-70 mm avec le capteur de 14,2 Mpix de l’A350 montrent que l’objectif a atteint ses limites et ne peut plus vraiment suivre la très haute définition de l’appareil, surtout sur les bords et dans les angles où l’aberration chromatique est très envahissante en courtes focales. Les décentrages constatés grâce aux mêmes mesures à 40 et 70 mm montrent que la construction mécanique est trop légère, car nous avons vérifié ce constant sur trois exemplaires de l’objectif. On ne saurait donc le considérer comme un choix très qualitatif avec un capteur si ambitieux, mais comme une solution d’attente avant de pouvoir investir dans une optique assez fine pour la résolution optique du capteur, comme le 16-80 mm Carl Zeiss par exemple.

On aime :
- variation focale importante
- excellentes valeur de vignetage
- distorsion faible
- très bon piqué au centre de l’image
- parasoleil fourni


On aime moins :
- piqué insuffisant dans les angles et les bords
- aberration chromatique envahissante en courte focale
- mise au point manuelle peu aisée


NOTE : 6/10

Cet article vous a plu ? Notez le et partagez le sur les réseaux sociaux !



Commenter cet article

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Messages

  • Bonjour !
    Merci pour cet article intéressant et qui fait tilt pour moi quand vous écrivez que c’est un bon choix d’attente : j’ai tellement la nostalgie d’un Zeiss (Tessar 42mm) que j’ai eu il y a longtemps que je pense acheter un boîtier pas trop sophistiqué et le combiner avec le Carl Zeiss Planar T* 1,4/85 ZF pour Sony (j’aime surtout le portrait et le paysage resserré).
    Qu’en pensez-vous ?
    J’hésite avec une autre combinaison : partir d’un Nikon D60 et y ajouter cette même optique Zeiss (mais je n’ai pas l’impression qu’elle soit déjà sortie pour Nikon)...
    A moins que vous me disiez qu’il y a un objectif Nikon comparable tout aussi bon que Zeiss !
    Merci beaucoup pour votre réponse !
    Bien cordialement
    Thierry