Tout savoir pour réaliser, optimiser et diffuser ses photos

MBP Nikon

Qualité de construction : avantage Nikon

24/01/2008 | Michel Lion

Canon EOS 40D :Avec ses épaules plus larges, il pèse 740 g et fait plus costaud que ses prédécesseurs les EOS 20D et 30D, qui étaient toutefois réputés pour leur fiabilité (je n’ai jamais eu à m’en plaindre). La coque est toujours en alliage de magnésium, Canon a légèrement amélioré l’étanchéité du boîtier en ajoutant des protections en mousse à la trappe de la carte, à celle de la batterie. La griffe porte flash est compatible avec la protection étanche des flashs Canon récents. Pourtant, tout cela reste assez symbolique et n’atteint pas le label tropicalisé du Nikon 300D, ni celui de l’Olympus E3. Mais est-ce finalement si gênant ? D’autant que cette économie contribue certainement à adoucir le prix de vente… Certes, on me répondra qu’un appareil comme le Pentax K10D est lui complètement tropicalisé, tout en restant très bon marché.

Nikon D300 :Il est également fait d’alliage de magnésium, mais il est lui 100% tropicalisé… Son obturateur est supposé résister à 300.000 déclenchements alors que celui du Canon est donné pour 100.000 (ce qui n’est déjà pas négligeable). La construction et la finition sont impeccables, c’est un sans-faute. Reste qu’à 825 g sans sa batterie, il est un peu plus lourd que le Canon. Un peu plus volumineux également avec 8 petits millimètres de plus en hauteur.

Avantage : Nikon l’emporte, mais l’importance de la tropicalisation est à pondérer en fonction de l’utilisation que vous faites de votre boîtier ! On peut d’ailleurs s’interroger : qui a vraiment besoin de la tropicalisation ? Mis à part les photographes travaillant en mer ou en montagne, assez peu de personnes sont réellement concernées… Moi-même qui rencontre parfois des conditions difficiles (jungles, déserts, neige…), je n’ai jamais été gêné par l’absence de tropicalisation des ancêtres du Canon EOS 40D. À relativiser donc ! Pour des gens qui n’ont jamais voyagé, la tropicalisation touche souvent au fantasme. Un peu comme ces citadins transportant systématiquement leur couteau suisse et roulant en 4x4 par sécurité, ou pour mieux monter sur les trottoirs ! Alors qu’il est possible de traverser le Sahara en 404…

Deux boutons pour formater la carte au plus vite, sans passer par les menus. Voilà un bon exemple du "style Nikon", très apprécié des experts et des professionnels...

Même pas peur ! La tropicalisation, ça rassure, on peut même frimer un peu, en posant son boîtier dans la neige pour faire une belle image. J’ai tenté aussi l’expérience avec mon propre EOS 40D… Qui a évidemment survécu !

Cet article vous a plu ? Notez le et partagez le sur les réseaux sociaux !



MPB
Archives Le monde de la photo

NOUVEAUTE : Vous recherchez un article, un test ?

Accédez aux archives MDLP